cannabis, triomphe des mauvaises herbes › - 1

Québécois, il préfère vendre son « pot » aux succursales étatiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC). Mathieu (1), avocat de la santé et consommateur occasionnel de marijuana, avoue : « La légalisation n’a pas changé grand-chose pour moi. J’ai toujours consommé de l’herbe depuis l’âge de 20 ans, occasionnellement, lors de soirées le week-end avec des copains (amis). J’achète toujours mon « pot » pas par les voies légales », raconte ce jeune sexagénaire. Même si 63 % des Québécois considèrent la consommation de cannabis comme socialement acceptable, le fait de devoir présenter une pièce d’identité à la SQDC décourage toujours les acheteurs, dont Mathieu. Pas tous, loin de là. « La proportion de consommateurs de cannabis âgés de 15 ans et plus a augmenté entre 2018 et 2021 au Québec, passant de 14 % à près de 20 %. », indique le Sondage Québec 2021 sur le cannabis, rendu public en avril dernier.

Connexion canadienne

Le deuxième objectif du gouvernement, bien qu’il le nie, la création d’une économie de la drogue, est plus ambigu. Selon Deloitte, la contribution de l’industrie du hachage légal au PIB entre 2018 et 2021 est estimée à 43,5 milliards de dollars, dont 11 milliards de dollars de ventes. Ainsi que 15 milliards de dollars de recettes fiscales. L’industrie du cannabis emploie 151 000 personnes par an. Les spécialistes de la propreté sont formés dans les écoles. Les étudiants étudient l’horticulture, le marketing, la botanique en relation avec le cannabis. Il y avait de grandes entreprises avec plusieurs milliers d’employés. Beaucoup ont également disparu car les investisseurs ont grossièrement surestimé le potentiel économique du secteur.

Le Parlement canadien a légalisé la marijuana en 2018. En 2022, 68 % des consommateurs ont acheté du cannabis légalement.

LH / « Sud-Ouest »

À la Bourse du cannabis de Toronto, l’indice TSX Cannabis LP a chuté de 49,3 % au cours des trois dernières années. Bien que le secteur soit encore en restructuration, Ottawa possède une réelle expérience dans ce domaine. Le cannabis médical est légal depuis 2001. Les Canadiens observent avec intérêt le potentiel économique qui pourrait survenir aux États-Unis après que Joe Biden a annoncé plus tôt ce mois-ci « le pardon pour toutes les infractions fédérales (cannabis) ».

L’impact des paradis artificiels sur la santé

Si les statistiques divergent, les jeunes d’au moins 21 ans ou plus semblent consommer plus de marijuana sur une période de quatre ans. Et surtout après la pandémie de Covid-19.

Les autorités médicales étaient unanimes sur les dangers de la consommation de marijuana avant la légalisation par les adolescents. Le corps médical, malgré les avertissements, a été exclu du débat. Le site québécois Jeunesse j’écoute met en garde les adolescents : « Des études montrent que la consommation de cannabis avant l’âge de 25 ans peut affecter le développement du cerveau et possiblement entraîner des problèmes de mémoire, de perception et d’attention à long terme. Cela peut également affecter votre capacité à penser et à prendre des décisions à plusieurs niveaux, y compris les études, les loisirs et les relations. »

La Dre Marie-Eve Morin, spécialiste des dépendances, a déclaré au journal montréalais La Presse : « Ce n’est pas vrai que les jeunes consomment moins (de drogues). Au contraire, je pense que les jeunes en collège (lycée) consomment de plus en plus de benzodiazépines, xanax. Ils ont de plus en plus accès au speed, à l’extase. Et d’ajouter : « La nouvelle mode, ce sont les stylos à cire. Ce sont des stylos qui se vendent 40 $ chacun, avec un nombre prédéterminé de « doses » de cannabis liquide. Ces vaporisateurs discrets et inodores contiennent jusqu’à 99 % de tétrahydrocannabinol (THC) comparativement à 30 % des produits vendus chez SQDC.

Décriminalisation partielle des drogues

La légalisation de la marijuana mène graduellement à la légalisation d’autres drogues, surtout en Colombie-Britannique. Le gouvernement du Canada précise qu’à compter du 1er janvier 2023, « les adultes de 18 ans ou plus en Colombie-Britannique ne seront pas tenus pénalement responsables de la possession pour usage personnel de 2,5 grammes ou moins de certaines drogues ». Le menu des zones fumeurs autorisées comprend les opioïdes, l’héroïne, la morphine, ainsi que le crack et la cocaïne en poudre, l’ecstasy.

Au Canada, les spécialistes de la propreté sont formés dans les écoles. Les étudiants étudient l’horticulture, le marketing, la botanique en relation avec le cannabis.

Archives de l’AFP

Après des années de stratégies répressives contre les usagers de drogues, les autorités canadiennes expérimentent une forme de dépénalisation. L’ensemble de la répression a échoué, avec plus de 27 000 Canadiens décédés entre 2016 et 2021, principalement en raison de la consommation d’opioïdes. Gillian Colla, boursière de l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances, a déclaré à Radio-Canada: «Les personnes qui consomment de la drogue se cachent, en particulier de la police. On espère que moins de pression policière permettra aux gens de consommer de la drogue avec d’autres personnes, ce qui pourrait éviter des surdoses mortelles. »

Grève des responsables de la marijuana

« La SQDC équivaut à la Société québécoise de la main-d’œuvre bon marché (Emplois mal payés) », assure une affiche affichée sur l’une de ces branches fumoir. Les responsables de l’entreprise d’Etat grognent. Ils sont en grève depuis cinq mois maintenant. Embauchés au salaire de 17 $ de l’heure, ils exigent d’être payés au moins 20 $ de l’heure. Avec une pénurie généralisée de main-d’œuvre – le taux de chômage au Québec n’est que de 4,4 % – les revendications de salaires plus élevés ne trouvent pas de réponse de la part des employeurs. Certaines agences ne sont désormais ouvertes que quelques heures par jour. Les gérants remplacent les caissiers. La grève s’enlise, mais les ouvriers du « chaudron » veulent qu’ils montrent à tout prix que leur travail n’est pas enfumé.

Les employés de la SQDC, la Société du Cannabis du Québec, sont en grève et réclament des salaires plus élevés.

Les employés de la SQDC, la Société du Cannabis du Québec, sont en grève et réclament des salaires plus élevés.

LH / « Sud-Ouest »