### Voici l’article réécrit en français :

Il ne se passe rien de mal en Norvège. C’est ce que dit un père américain à ses deux enfants peu de temps après leur installation dans la campagne norvégienne, sur une ferme qu’il a héritée. Le plan est de transformer la grange en un confortable Airbnb. Le problème, c’est qu’il y a un nisse – ou lutin – de mauvaise humeur qui vit dans la grange (un petit bonhomme de la taille d’un enfant de sept ans, avec un chapeau pointu et une longue barbe ébouriffée). Oui, en gros, il s’agit d’un film sur des nains de jardin tueurs. C’est un film d’horreur idiot qui n’est ni aussi drôle ni aussi effrayant que prévu : ni assez drôle ni jamais vraiment effrayant. Cela dit, il y a quelques scènes joyeusement sanglantes et quelques blagues sur le choc des cultures tout à fait décentes.

En réalité, pendant les premières minutes, j’ai pensé que c’était un film pour enfants, ce qui donne une idée de l’approche générale – jusqu’à ce qu’un adolescent lâche le mot interdit. Ça commence comme « S.O.S. Fantômes » de Charlie Brooker, quand une famille américaine, Bill (Martin Starr), sa femme Carol (Amrita Acharia) et deux enfants issus de son premier mariage, déménagent en Norvège. La fille adolescente Nora (Zoé Winther-Hansen) est tout en bouderie et en grognements : « C’est l’enfer ! Tout est gelé ! »

Le film se transforme en « Gremlins » lorsque le fils de Bill, Lucas (Townes Bunner), se lie d’amitié avec le lutin de la grange, qui est adorable tant que la famille respecte les règles : pas de lumières vives, pas de bruits forts. Mais il perd totalement la tête lorsqu’ils organisent une pendaison de crémaillère pour leurs nouveaux voisins norvégiens. Ces scènes comportent certaines des meilleures comédies du film, avec une bonne dose de clichés et de préjugés nationaux. Il y a une blague récurrente amusante sur le fait que personne en Norvège ne porte d’arme. Néanmoins, « Maman, j’ai raté l’avion » a traité de manière plus drôle, et avec plus de cynisme, les dysfonctionnements familiaux ; de manière inexplicable, ici c’est plus sincère avec une fin niaise du type « embrassons-nous ».

### Points importants de l’article :
– Un père américain rassure ses enfants après leur déménagement en Norvège.
– Le film présente des clichés et des préjugés nationaux.
– Le lutin de la grange devient incontrôlable lors d’une fête avec les voisins norvégiens.
– Le film est un mélange entre « S.O.S. Fantômes » et « Gremlins ».
– « Maman, j’ai raté l’avion » traite les dysfonctionnements familiaux de manière plus drôle et cynique.