« Avant Omicron, il fallait confiner au plus vite » › Geeky News - 1

Gunhild Alvik Nyborg a étudié l’économie pendant trois ans avant de devenir médecin et épidémiologiste. Membre du World Health Network, une initiative citoyenne, qui rassemble des experts et des défenseurs passionnés de la santé publique dont la déclaration a été publiée dans The Lancet, il est devenu une figure incontournable dans l’analyse de la gestion d’une pandémie en Norvège.

L’Express : La Norvège a récemment fait les gros titres en raison d’une fête de Noël à Oslo. Que pouvez-vous nous en dire ?

Gunhild Alvik Nyborg : Ce type de conglomérat était tout à fait possible dans la gestion de la pandémie norvégienne. En effet, jusqu’à l’apparition d’Omicron et depuis le début de l’été dernier, la Norvège expérimentait une nouvelle stratégie résumée dans la phrase désormais familière « vivre avec le virus ». Au début de la pandémie, il convient de noter que la Norvège avait réussi à maintenir le contrôle du virus. Pourtant, le 26 novembre, Oslo a été le théâtre du premier amas géant dû à Omicron en Europe. Le 8 décembre, il y avait 80 des 120 personnes positives pour Sars-Cov 2, dont 17 infectées par le variant omicron. La plupart des cas dont les résultats de séquençage sont en attente sont supposés être infectés par Omicron. Soixante autres personnes dans le restaurant ce soir-là ont également été infectées.

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

Qu’est-ce que cela nous apprend sur cette nouvelle variante ?

Cela nous en dit long. Premièrement, cela montre les différentes dynamiques contre lesquelles j’ai mis en garde depuis le début de ces pandémies. Le nombre de contaminations doit être maintenu très bas, faute de quoi de nouvelles variantes inquiétantes émergent. Deuxièmement, il montre que ces nouvelles variantes ne sont pas nécessairement moins dangereuses pour la société. D’abord avec Delta et maintenant avec Omicron, on découvre que qualifier un virus de « plus doux » ne veut pas dire qu’il est moins mortel, car s’il est plus contagieux, on a beaucoup plus de cas. Et c’est dans cet aspect qu’Omicron craint vraiment que la Norvège ne perde le contrôle de ce nouveau virus.

Il s’avère que les personnes présentes à la fête se sont ensuite rendues dans une station de ski puis sont rentrées chez elles. De ce fait, Omicron est incontestablement présent dans 21 régions de Norvège. Selon un récent rapport, le NIPH, l’Institut norvégien de santé publique, estime que dans trois semaines il pourrait y avoir entre 90 000 et 300 000 nouveaux cas par jour, 50 à 300 nouvelles hospitalisations par jour, sur une période de trois semaines. 5 millions. Ces chiffres sont proches des calculs que j’ai fait. Si des mesures fortes ne sont pas prises pour arrêter la contamination, il ne faudra pas plus de 4 semaines pour que l’ensemble de la population soit potentiellement contaminée, selon ces modèles. Le taux de réplication de ce virus est compris entre 2 et 3 jours. Nous devons agir rapidement.

Le gouvernement prend-il de nouvelles mesures pour faire face à ce nouveau risque?

Oui, mais ils ne sont pas assez forts. J’ai l’impression qu’il y a un changement d’attitude parmi les décideurs depuis qu’ils ont vu les prévisions épidémiologiques mais il y a encore peu d’action décisive. Le port du masque est réimposé lorsqu’il n’est pas possible de maintenir une distance de 1 mètre entre deux personnes. Le passage au télétravail est également fortement recommandé. Le nombre de personnes autorisées à se réunir est limité, puisqu’au bout de quelques jours il n’est plus possible de servir de l’alcool dans les restaurants. Tout cela ne suffira pas à stopper énergiquement les contaminations.

« Nous avons fait l’erreur de croire que les vaccins sont autosuffisants »

Comment expliquez-vous cette lente réaction ?

Les enjeux sont nombreux. Il y a de la fatigue, bien sûr, comme dans beaucoup de pays. Il existe également une forte conviction que la vaccination, à elle seule, pourrait mettre fin à la pandémie et normaliser les choses, ce qui permettrait au virus, s’il n’est pas éteint, de devenir inoffensif. Cela aurait pu être vrai si les vaccins avaient pu arrêter la transmission et s’il avait été possible de vacciner rapidement l’ensemble de la population. En Norvège, les enfants de plus de 12 ans ont été vaccinés tardivement et les enfants de moins de 12 ans ne reçoivent aucun vaccin. Les vaccins sont d’excellents outils et un élément crucial de la stratégie de lutte contre cette pandémie, mais nous avons fait l’erreur de croire qu’ils sont autosuffisants. Les vaccins sont efficaces et doivent être associés à d’autres mesures non pharmaceutiques visant clairement à prévenir la contamination. Et c’est sur ce dernier point que je veux insister : la croyance que l’immunité naturelle des enfants peut être une bonne chose est notre perte. En premier lieu, les enfants peuvent contracter un Covid prolongé, mais encore une fois, il est aberrant de gaspiller des investissements dans des vaccins en laissant régulièrement émerger des variantes.

Le fait est que la Norvège, depuis le début, a mieux géré la crise que les autres pays. Le nombre de décès par million d’habitants est encore faible et l’économie n’a pas été aussi touchée que la France. Comment expliquez-vous celà?

Vous avez raison. Il y a quelque chose de positif à dire sur la Norvège. Même s’il est difficile de sortir des sentiers battus, car le consensus est sacré, le fait est que la population est pragmatique. Face aux faits et à la réalité, les gens comprennent et sont capables de faire le nécessaire pour empêcher la propagation du virus. Et c’est ce qui se passe. Alors qu’au début de la crise, la Norvège allait gérer la crise de la même manière que les autres pays européens, le 12 mars 2020 elle a décidé qu’il n’était pas possible de vivre avec le virus et le pays est strictement confiné pour le moment. être. nécessaire pour se débarrasser du virus. Les contrôles aux frontières et la quarantaine étaient en place depuis longtemps. Ce n’est que lorsque la quasi-totalité de la population éligible a été vaccinée que ces mesures complémentaires n’ont plus été nécessaires. Nous sommes sur le point de découvrir qu’ils pourraient être nécessaires pendant de plus longues périodes, ainsi que la capacité de tester, de tracer et d’isoler.

« Il faut considérer toute épidémie comme un incendie »

Le consensus est presque une question de vie sociale et de mort dans les pays nordiques. Cependant, il est devenu une célébrité en racontant aux gens une histoire différente de ce que les responsables de la santé croyaient initialement. Que s’est-il passé ?

On pourrait dire que je suis devenu une sorte de lanceur d’alerte parce que les Norvégiens écoutent attentivement ce que je dis. Cependant, de nombreux experts essaient de me rendre invisible. Je faisais des recherches à l’hôpital universitaire d’Oslo au début de la crise. Alors que les ressources étaient redirigées vers la pandémie, j’ai eu le temps de lire tout ce que je pouvais sur Covid-19. Ensuite, j’ai envoyé des notes et des rapports aux experts de la santé, aux pouvoirs publics, à tous ceux qui, à mon avis, pourraient bénéficier de cette expérience. Lorsque j’ai réalisé que cela ne leur suffisait pas pour agir, j’ai accepté de discuter de la situation avec Fredrik Solvang, un éminent journaliste de la NRK (Norwegian Broadcasting Corporation) connu pour la qualité de son émission. Ce programme a eu un impact sans précédent. On estime qu’il a été vu par au moins 15 % de la population. Les gens ont compris les arguments qu’il avançait et ont permis aux législateurs, qui le voyaient sous le même angle, d’agir rapidement pour arrêter le virus.

Depuis, je travaille sans relâche pour communiquer les résultats scientifiques au fur et à mesure qu’ils sont publiés, décortiquer les données, et essayer d’y voir clair dans le flot d’informations qui nous inonde. Récemment, j’ai réitéré avec un article d’opinion très remarqué publié dans NRK, la société de radiodiffusion norvégienne, le plus grand média du pays. Cet article aurait été lu par au moins 5% de la population et circule sur les réseaux sociaux depuis 24 heures. Ce texte explique que vivre avec le virus, c’est investir dans toutes les mesures qui permettent d’anticiper et de ne pas le laisser se propager librement. J’espère que ces contributions pourront être utiles à tous ceux qui s’efforcent à nouveau de faire une différence.

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Quelles leçons pouvons-nous tirer de votre expérience en Norvège ?

Plus tôt Omicron fermera, meilleure sera notre capacité à sauver des vies, l’économie et nos libertés. Alors que j’espérais sincèrement que nous pourrions l’empêcher, je pense que nous devrions le contenir dès que possible. Une autre leçon que nous devons apprendre est que nous devons améliorer nos stratégies contre le Covid. Les gens en dehors de la Norvège ne se rendent pas compte que pendant de nombreux mois les Norvégiens étaient plus libres que dans la plupart des pays européens parce que nous avions bien choisi notre stratégie et cherchions à bloquer la pandémie. La Norvège était suffisamment intelligente pour contrôler efficacement les frontières, facilitant ainsi la vie de ses habitants. Vous devez vous assurer d’investir dans les mesures qui vous permettront de contrer d’éventuelles vagues à venir ou de limiter leur ampleur. En pratique, vous devriez considérer toute épidémie comme un incendie. Dès qu’il est déclaré, vous devez mettre toute votre énergie à l’éteindre. Ce doit être la priorité. Combattre le Covid coûte cher. Mieux vaut l’empêcher que d’essayer de réparer les dégâts une fois qu’ils sont là.

Retour

Publié

Anne Rosencher est la rédactrice en chef de L'Express.Anne Rosencher

Chronique

Chronique de Donner.Par Christophe Donner

Chronique

Sylvain Fort, ancien plume d'Emmanuel Macron, désormais chroniqueur à L'Express.Par Sylvain Fort

Chronique

Alors qu'Omicron nous replonge dans la journée interminable de la pandémie, les candidats de l'opposition naviguent entre mauvaise foi et démagogie, estime Abnousse Shalmani.Par Abnoussé Shalmani

Script PHP, Elementor Pro Weadown, Thème WordPress, Fs Poster Plugin Nulled, Journal – Thème WordPress News & WooCommerce, Wordfence Premium Nulled, Dokan Pro Nulled, Plugins, Elementor Pro Weadown, Astra Pro Nulled, Premium Addons for Elementor, Yoast Nulled, Flatsome Annulé, Annonce de produit personnalisé Woocommerce, Wpml Nulled, Thème Woodmart Nulled, Cartes-cadeaux PW WooCommerce Pro Nulled, Avada 7.4 Nulled, Journal 11.2, Jannah Nulled, Jnews 8.1.0 Nulled, WP Reset Pro, Woodmart Theme Nulled, Business Consulting Nulled, Rank Math Seo Pro Weadown, Slider Revolution Nulled, Consulting 6.1.4 Nulled, WeaPlay, Nulledfire