La célèbre actrice Anne Hathaway aurait quitté une séance de photos à New York mardi pour Vanity Fair en signe de solidarité avec les travailleurs en grève du groupe de presse du magazine, Condé Nast.

La star avait été préparée avec du maquillage et une coiffure, mais n’avait pas commencé à poser pour les photos lorsque la nouvelle lui est parvenue que les travailleurs des médias participaient à un arrêt de travail de 24 heures au milieu des négociations entre le syndicat et la corporation, a rapporté en premier lieu le magazine Variety mardi.

Environ 400 travailleurs membres du syndicat chez Condé Nast, travaillant pour des titres tels que Vanity Fair, Vogue, GQ et d’autres, avaient arrêté de travailler en signe de protestation contre la manière dont l’éditeur négociait les licenciements.

Hathaway était sur place pour la séance de photos mardi matin.

« Ils n’avaient même pas commencé à prendre des photos », a rapporté le magazine Variety d’une source anonyme, ajoutant : « Une fois qu’Anne a été informée de ce qui se passait, elle s’est simplement levée de la chaise de maquillage et est partie. »

The Guardian a contacté Condé Nast et les représentants d’Hathaway pour obtenir un commentaire.

Les travailleurs ont cessé le travail le matin, au moment où les nominations aux Oscars ont été annoncées, a rapporté Variety. Ils ont ensuite organisé un rassemblement devant les bureaux de l’entreprise à Manhattan.

Le syndicat a posté sur X, anciennement Twitter, en disant : « Merci à Anne Hathaway de ne pas avoir franchi notre ligne de piquetage. »