La réalisatrice britannique Jane Gull s’est fait remarquer avec son premier film, très attachant, de 2016, My Feral Heart, qui racontait l’histoire d’un jeune aidant avec le syndrome de Down. Dans sa nouvelle production, Love Without Walls, elle nous présente un jeune couple confronté à la situation de sans-abris. Paul (Niall McNamee) espère devenir chanteur-compositeur et joue dans des pubs à Londres ; sa femme, Sophie, interprété par Shana Swash d’EastEnders, est également son manager. Après avoir été expulsé de leur appartement pour défaut de paiement d’un loyer abusif, le couple part pour Southend à la recherche de travail et de concerts. Mais les événements ne tournent pas en leur faveur et leur vie devient de plus en plus difficile.

Bien que le film soit bien intentionné et interprété de manière sérieuse, les changements de tonalité sont plutôt maladroits. Les événements extrêmement sombres de la vie de Paul et Sophie sont constamment adoucis par une sorte de douceur onirique à la John Carney. Et puis, en cherchant du travail dans le bâtiment, Paul est enlevé par des chefs de gangs et réduit à l’esclavage sur les chantiers de construction, aux côtés de travailleurs illégaux, et est contraint de participer à des combats entre sans-abris ; il est obligé de se battre contre d’autres pauvres malheureux entourés de crânes rasés qui agitent des poignées de billets en hurlant pour plus de sang.

Que cela soit basé sur des faits réels ou non, cette séquence est tout simplement bizarre. Cependant, elle rappelle une phrase de l’écrivain Martin Amis : « la terreur du vagabond » : la peur combinée de la classe moyenne envers les sans-abris et la peur de devenir sans-abris soi-même. Certes, Love Without Walls souhaite aborder un sujet très réel et important, mais le moment crucial où Paul et Sophie perdent leur appartement est traité d’une manière irréellement rapide, préférant les épisodes légèrement forcés et les montages doux, qui ne s’harmonisent pas avec le pivot vers l’horreur. Un moment incertain pour une réalisatrice talentueuse.

Points importants :
– Jane Gull est une réalisatrice britannique
– Son premier film, My Feral Heart, est sorti en 2016 et a connu du succès
– Son nouveau film, Love Without Walls, concerne un jeune couple sans abri
– Paul, le protagoniste, est un chanteur-compositeur irlandais jouant dans les pubs de Londres
– Lorsqu’ils sont expulsés de leur appartement, le couple part pour Southend à la recherche de travail et de concerts
– Paul est kidnappé par des chefs de gangs et forcé de participer à des combats entre sans-abris
– Le film traite d’un sujet important mais a des changements de tonalité maladroits