A Davos, un sombre tableau de l'état de la planète – Science et Avenir › Geeky News - 1

Pas de neige, mais beaucoup d’orages grondants : le Forum de Davos, qui s’est achevé jeudi, a multiplié les avertissements sur l’accumulation des crises qui secouent actuellement la planète.

Armes pour l’Ukraine

Invité d’honneur (en vidéo) de la journée d’ouverture de lundi, le président ukrainien a appelé à des sanctions « maximales » contre la Russie et, notamment, à un embargo commercial total contre son voisin, notamment pétrolier et gazier.

Trois mois après l’invasion russe, et au moment où les bombardements s’intensifient dans le Donbass, l’Ukraine veut avant tout des armes – et de préférence lourdes. Une affirmation qui a été faite par une très importante délégation nationale dans tout Davos cette semaine.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky apparaît sur écran géant lors de son discours en visioconférence au Forum économique mondial de Davos (Suisse), le 23 mai 2022. (AFP – Fabrice COFFRINI)

Volodymyr Zelensky a réagi à la réaction de la communauté internationale, trop lente à son goût : « Si nous recevions 100 % de nos besoins en février, le résultat serait des dizaines de milliers de vies sauvées.

Son ministre des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, a même accusé l’OTAN de ne faire « absolument rien » contre l’invasion.

Troisième Guerre mondiale

Il y a une tradition à Davos : lors d’un dîner en marge de la réunion, le milliardaire américain George Soros expose sa vision de l’état du monde et égratigne le pouvoir.

« L’invasion[of Ukraine by Russia]a peut-être été le début de la troisième guerre mondiale, et notre civilisation pourrait ne pas y survivre », a-t-il déclaré cette année.

Outre les « deux dictateurs » russe Vladimir Poutine et chinois Xi Jiping, il a mis sur la sellette l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel, dont les « arrangements particuliers » sont, selon ses propres termes, l’une des raisons de la dépendance « excessive » de l’Europe vis-à-vis Gaz russe.

Nuages ​​noirs sur l’économie mondiale

« L’horizon de l’économie mondiale s’est assombri » et « ce sera une année difficile », a prévenu Kristalina Georgieva, directrice du Fonds monétaire international (FMI).

Retour en force de l’inflation, resserrement de la position des banques centrales, augmentation de la dette publique, ralentissement en Chine… Les signaux d’alarme pour l’économie mondiale se multiplient.

Au bord d’une récession ? Dans les pays développés, ce n’est pas « encore » prévu, mais cela ne signifie pas que ce n’est pas prévu », a déclaré Georgieva.

Dans le même temps, « nous verrons des récessions dans certains pays qui ne se sont pas remis de la crise du Covid, sont très dépendants de la Russie ou des importations alimentaires et présentent déjà des vulnérabilités », a-t-elle prévenu.

Retour des émeutes de la faim ?

« On prend de la nourriture à ceux qui ont faim pour la donner à ceux qui ont faim » : Selon David Beasley, patron du Programme alimentaire mondial (PAM), « les conditions sont pires aujourd’hui » qu’en 2007-2008, l’époque des émeutes de la faim .

Chargement d’un camion de blé le 24 mars 2022 à Izmail, Ukraine (AFP – BULENT KILIC)

« Que pensez-vous qu’il se passera si vous prenez une nation qui produit normalement assez de nourriture pour 400 millions de personnes et que vous la mettez de côté ? » a-t-il dit, se référant au grenier de l’Ukraine pour le monde.

Achim Steiner, chef du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), parle de plus de 200 millions de personnes souffrant de faim aiguë dans le monde. Et « quand les gens ne peuvent plus se nourrir et que les gouvernements ne sont plus capables de les nourrir, alors la politique descend rapidement dans la rue », prévient-il.

« Nous avons besoin de corridors sûrs sur la mer Noire (pour la production agricole ukrainienne). La récolte aura lieu le mois prochain », a rappelé la secrétaire générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, ajoutant que « le secrétaire général de l’ONU participe aux discussions ».

climat oublié

La guerre en Ukraine ne doit pas être utilisée comme une « excuse » pour affaiblir les efforts de transition énergétique, a déclaré mardi l’envoyé américain pour le climat John Kerry.

« Nous pouvons faire face à la crise ukrainienne, ainsi qu’à la crise énergétique, en faisant face à la crise climatique », a-t-il ajouté.

Face aux inquiétudes sur l’approvisionnement en hydrocarbures russes et à la flambée des prix, « il y a un risque qu’à court terme certains d’entre eux brûlent davantage de charbon », reconnaît également Paul Simpson.

Le patron du Carbon Disclosure Project (CDP), organisme de référence pour mesurer la performance environnementale des entreprises et des gouvernements, espère toutefois à terme parler de la nécessité de refondre notre approvisionnement énergétique, qui pourrait « accélérer la transition » vers les énergies renouvelables . .