Les murs de l’ITAS, la dernière usine coopérative restante en Croatie post-socialiste, sont ornés de souvenirs de gloires passées. Une photo encadrée de Josip Broz Tito, ancien président de la Yougoslavie, regarde par-dessus une fresque commémorant la victoire unique de l’ITAS en 2005 : face à un plan de privatisation du gouvernement, les employés ont réussi à occuper l’usine et ont remporté une affaire judiciaire pour continuer à diriger l’usine en tant qu’entreprise détenue par les travailleurs.

Commencé en 2015 et tourné sur une période de cinq ans, le documentaire rigoureux et captivant de Srdjan Kovačević observe les eaux troubles qui ont suivi ce triomphe. Après avoir dirigé la mutinerie de 2005, Dragutin Varga est maintenant responsable du syndicat de l’usine, et son idéalisme inébranlable quant à l’avenir de l’ITAS représente le fossé générationnel parmi les travailleurs. Mécontents des retards continus dans le paiement des salaires, les jeunes ouvriers doutent de la structure organisationnelle actuelle de l’usine. Pendant ce temps, les employés d’âge moyen et plus âgés, qui représentent la majorité de la main-d’œuvre, sont toujours attachés aux valeurs socialistes héritées des jours heureux de la Yougoslavie.

Loin de favoriser l’une ou l’autre position, le documentaire de Kovačević tisse des arguments enflammés – que ce soit entre Varga et le conseil d’administration ou parmi les travailleurs eux-mêmes – pour illustrer un état de stagnation insoluble. Perdues parmi ces scènes captivantes de discours passionnés, on trouve cependant une étude plus détaillée des erreurs de gestion ainsi que des enjeux mondiaux plus importants qui ont conduit l’ITAS à une crise financière. De plus, en établissant un accord de solidarité dans lequel tous les sujets présentés ont une part des bénéfices du film, Factory to the Workers est un exemple rare et louable d’un documentaire qui s’efforce d’être aussi radical que son sujet.

Pourtant, lorsque le chœur de griefs justifiés se termine dans un silence désolé et que Varga entame une grève de la faim pour son syndicat, une scène le montrant regarder par la fenêtre vers l’inconnu dresse le portrait d’un Don Quichotte des temps modernes, combattant des moulins à vent impossibles.

Points importants :

  • ITAS est la dernière usine coopérative en Croatie post-socialiste
  • Les employés ont occupé l’usine en 2005 et ont remporté une affaire judiciaire pour continuer à la diriger
  • Le documentaire suit les problèmes et les divisions au sein de l’usine depuis cette victoire
  • Un différend générationnel existe entre les jeunes ouvriers mécontents et les employés plus âgés attachés aux valeurs socialistes
  • Le documentaire examine les erreurs de gestion et les enjeux mondiaux qui ont conduit l’ITAS à une crise financière
  • Factory to the Workers est un documentaire qui vise à être aussi radical que son sujet

Factory to the Workers est disponible à partir du 13 octobre sur True Story.