Voici le sixième volet de cette franchise gangster très britannique, qui se déroule dans les années 1990, et peut-être que je deviens doux, mais j’ai l’impression que la qualité de la réalisation a légèrement augmenté depuis le dernier effort, Rise of the Footsoldier: Origins. Il y a toujours beaucoup de scènes de combat répétitives, de coups de couteau et de meurtres – les fans ne regarderaient pas si ce n’était pas le cas – mais cette fois, le scénario d’Andrew Loveday et Jason Maza est plus centré et dramatiquement plus solide. Il y a moins de misogynie grossière (bien que les femmes en lingerie abondent toujours en périphérie de l’écran grâce aux scènes se déroulant dans des clubs de strip-tease), et il y a même une intrigue ouvertement favorable à la communauté LGBTQ+ concernant un boxeur nommé Billy the Kid (Ben Wilson) qui se travestit en drag queen mais a peur de le dire à son père écossais macho (Stephen McCole).

Néanmoins, la majeure partie du film se déroule dans l’Essex et le quartier de Soho à Londres, à la suite du protagoniste régulier de la franchise, Tate (Craig Fairbrass) – qui n’a pas encore rencontré le sort macabre qui lui est prédit dans le premier film, réalisé en 2007 mais se déroulant en 1995 et inspiré des véritables meurtres de Rettendon. Ce film se déroule au début des années 1990, il ne doit donc plus y avoir beaucoup de films à venir, même si la fin prépare une autre suite. Quoi qu’il en soit, à ce stade de l’histoire globale, Tate commet des braquages armés avec son associé Kenny (Josh Myers), qui n’est pas très intelligent et manque de peu de se faire prendre lors d’une attaque sur un fourgon blindé au début du film. Mais quelqu’un tue Kenny (bande de salauds !) et Tate se met en quête, conformément au titre, de vengeance.

En effet, la recherche de vengeance est au cœur de tous ces films Footsoldier, alors pourquoi se soucier de mettre le mot dans le titre ? On aurait tout aussi bien pu l’appeler Rise of the Footsoldier : gars avec des armes à feu, ou Rise of the Footsoldier : personne ne sourit, tous deux auraient été tout aussi pertinents.

Points importants de l’article :
– Sixième volet de la franchise gangster britannique « Rise of the Footsoldier ».
– Le film se déroule dans les années 1990 et présente une amélioration de la qualité de la réalisation.
– Le scénario est plus centré et dramatiquement plus solide.
– Moins de misogynie grossière et présence d’une intrigue favorable à la communauté LGBTQ+.
– Le protagoniste, Tate, se lance dans une quête de vengeance après la mort de son associé Kenny.
– Le film se déroule principalement dans l’Essex et à Soho, à Londres.
– Fin du film qui prépare une suite.
– Réflexion sur l’utilisation du mot « vengeance » dans le titre du film.
– Date de sortie du film : 15 septembre dans les cinémas britanniques.