En 2007, le film à petit budget, rentable et divertissant Rise of the Footsoldier a lancé toute une franchise Footsoldier, dont le titre est devenu un synonyme d’un certain type de film de gangster britannique, riche en battes de baseball et en couteaux Stanley, et pauvre en résolution diplomatique des conflits. Plusieurs des films Footsoldier présentent des versions fictives des véritables dealers de drogue Pat Tate, Tony Tucker et Craig Rolfe, dont les corps ont été découverts par un agriculteur local en 1995, abattus à bout portant dans un 4×4 dans une partie tranquille de l’Essex.

  • Franchise Footsoldier lancée en 2007 avec le film Rise of the Footsoldier.
  • Les films Footsoldier mettent en scène des versions fictives des véritables dealers de drogue Pat Tate, Tony Tucker et Craig Rolfe.
  • Les corps des dealers ont été découverts en 1995 dans un 4×4 dans l’Essex.

Le nouveau documentaire vise à explorer les tenants et aboutissants des soi-disant « meurtres du Range Rover », qui ont fait l’objet de théories du complot et de spéculations folles depuis lors. Le réalisateur Trevor Drane a rassemblé une véritable galerie de voyous afin de déterminer les différentes alliances et histoires des réseaux de criminels, de criminels reformés, d’anciens videurs et de truands louches qui peuplaient la scène des durs à cuire dans l’Essex des années 1990 (dont certains sont apparemment tout à fait heureux d’être aujourd’hui crédités d’un emploi de « Criminels de l’Essex »). Bien que la majorité du temps à l’écran soit consacrée à des interviews en tête-à-tête, il y a aussi divers graphiques à l’écran montrant les liens, dans la mesure du possible, avec des personnalités telles que les frères Kray.

  • Le documentaire explore les « meurtres du Range Rover ».
  • Trevor Drane a réuni une galerie de voyous pour comprendre les alliances et les histoires des criminels du milieu.
  • Un focus sur la scène des durs à cuire de l’Essex dans les années 1990.

L’effet global est un peu comme passer du temps au pub avec des gars sympathiques qui vous racontent les bons vieux jours. Les mondes qu’ils décrivent n’ont pas l’air très attrayants, mais ils s’en souviennent avec beaucoup d’affection. Le problème, c’est que même si les événements décortiqués étaient évidemment très spectaculaires à l’époque, le documentaire lui-même est un assemblage assez classique des différents témoignages, avec beaucoup de discussions légèrement répétitives sur les différentes alliances, les addictions aux drogues et les transactions d’affaires imprudentes. Il suscitera certainement un certain intérêt pour ceux qui ont suivi le cas de près, mais à la fin, un public moins spécialisé se demandera s’il n’aurait pas mieux fait de regarder le 97e film Rise of the Footsoldier.

Meurtre des Essex Boys : Blood and Betrayal sortira le 30 octobre sur les plateformes numériques.