Une association caritative britannique représentant les personnes avec une défiguration ou une différence visible a écrit aux diffuseurs, dont Netflix, Disney+ et la BBC, leur demandant que des classiques d’Halloween tels qu’Un cauchemar sur Elm Street soient accompagnés d’avertissements indiquant que ces films contiennent des stéréotypes négatifs.

Actuellement en campagne sous le nom de « Je ne suis pas votre méchant », Changing Faces a envoyé cette lettre dans le but d’éradiquer le cliché commun selon lequel les personnages redoutés sont dépeints avec une cicatrice, une marque ou une condition qui les rend différents.

Heather Blake, directrice générale de Changing Faces, a déclaré : « Nous savons qu’Halloween peut être une période angoissante pour ceux qui ont une différence visible. L’industrie du film contribue à cela en renforçant des stéréotypes dépassés et nuisibles, qui perdurent dans la vie quotidienne de ceux qui ont une différence visible de manière à avoir un impact durable. »

La lettre a été envoyée également à Amazon Prime Video, Apple TV, ITV et Channel 4, alors que les téléspectateurs recherchent des films d’horreur et que les diffuseurs font la promotion et reprennent des dizaines de titres dans des saisons à thème d’Halloween.

Les personnages maléfiques tels que le Joker, les meurtriers défigurés Michael Myers et Freddy Krueger des franchises Halloween et Nightmare on Elm Street, ainsi que Damien Thorn, le protagoniste du film d’horreur des années 1970 La Malédiction, dont la marque de naissance sur le cuir chevelu le désigne comme l’antéchrist, sont également souvent recréés en costumes par les fêtards d’Halloween.

« Heather Blake a déclaré : « Des croyances nuisibles peuvent être renforcées grâce à un accès instantané à des décennies de contenu archivé sans explication de l’impact que cela peut avoir ».

La lettre demande aux diffuseurs et aux services de streaming de considérer l’ajout d’un texte avant la diffusion du contenu, mettant en évidence le fait qu’un film contient des représentations négatives des personnes ayant une différence visible.

Elle demande également aux services de prendre en compte le soutien apporté à ceux qui sont concernés ou qui cherchent plus d’informations sur les expériences des personnes ayant une différence visible à la fin d’un film.

« Les plateformes de streaming peuvent contribuer à sensibiliser et à faire progresser l’industrie en reconnaissant ces stéréotypes cinématographiques », a déclaré Heather Blake. « Par exemple, en ajoutant une mise en garde expliquant que ces stéréotypes sont présents et nuisibles pour les personnes ayant une différence visible. »

Changing Faces a lancé sa campagne « Je ne suis pas votre méchant » en 2018 avec le soutien de l’Institut britannique du film, qui a décidé de ne plus financer les films dans lesquels les méchants apparaissent avec des cicatrices faciales.