La consécration du droit à l’avortement en France

Emmanuel Macron a qualifié le changement historique qui inscrit le droit à l’avortement dans la constitution française comme le sceau d’une longue bataille pour la liberté, une lutte faite de larmes, de tragédies et de destins brisés. Le président a souligné que cet événement était un rappel du sort de générations de femmes privées du choix le plus intime : celui d’avoir ou non un enfant.

La cérémonie marquant l’amendement historique a été marquée par un scellage officiel de la constitution à l’aide d’une presse du XIXe siècle installée devant le ministère de la Justice à Paris. Des applaudissements ont retenti parmi la foule de dignitaires, politiciens, célébrités et du grand public, alors que le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, accompagné de Macron et du Premier ministre, Gabriel Attal, tournaient la presse manuelle de 300 kg pour sceller l’amendement.

  • Emmanuel Macron déclare que la France devient le seul pays au monde à protéger explicitement le droit à l’avortement dans toutes les circonstances dans sa constitution
  • Le président exprime sa volonté d’inscrire cette mesure dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE et d’en faire un droit universel
  • La reconnaissance de 10 femmes par Macron pour la Journée internationale des femmes, dont Olympe de Gouges, Simone Veil et Joséphine Baker
  • Les parlementaires votent l’inscription de l’avortement comme un droit constitutionnel lors d’une session conjointe au Palais de Versailles

Dans son discours, Macron a souligné que ce n’était pas la fin de l’histoire, mais le début d’un combat pour faire de ce droit une réalité dans le reste du monde. Il a également salué 10 femmes exemplaires, dont Olympe de Gouges, Simone Veil et Joséphine Baker, à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Les parlementaires ont voté en faveur de l’inscription de l’avortement comme un droit constitutionnel lors d’une session conjointe au Palais de Versailles. La loi entrera en vigueur le samedi, lors de sa publication au Journal officiel.