L’UE investit €4 milliards dans des usines produisant des batteries électriques pour les voitures, des pompes à chaleur et des panneaux solaires.

L’UE a annoncé un investissement de €4 milliards dans des usines de nouvelle génération produisant des batteries électriques pour les voitures, des pompes à chaleur et des panneaux solaires. L’objectif est d’accélérer la production et l’adoption des technologies vertes afin de lutter contre les importations bon marché en provenance de Chine. Voici les points importants de cet article :

  • La société suédoise Northvolt recevra €902 millions d’aides d’État pour construire une nouvelle usine à Heide en Allemagne.
  • €2,5 milliards d’aides d’État iront à une large gamme d’usines de technologies propres en France.
  • Ces investissements font partie de la mission de l’UE d’être neutre sur le plan climatique avec zéro émission de gaz d’ici 2050.
  • L’UE espère aussi se protéger de la concurrence croissante des usines de voitures, de panneaux solaires et d’autres technologies vertes en provenance de Chine.
  • La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé une enquête sur les éventuelles subventions de l’État chinois à l’industrie automobile, ce qui pourrait déclencher une guerre commerciale.

Ce financement vise à renforcer l’électrification des transports en Europe tout en préservant l’équité sur le marché unique. La France recevra près de €3 milliards d’aides d’État pour soutenir la production de batteries, de panneaux solaires, d’éoliennes et de pompes à chaleur, ainsi que les chaînes d’approvisionnement en composants clés et en matières premières critiques.

Vestager a déclaré que l’investissement en Allemagne était « une étape importante pour l’électrification des transports en Europe tout en préservant l’équité sur le marché unique ».

Ces mesures visent à freiner l’avance de la Chine dans la production de voitures électriques à bas coût, son entreprise BYD étant devenue le premier producteur mondial de véhicules hybrides et à batterie l’année dernière. La concurrence chinoise met l’Europe sous pression, d’où ces investissements massifs dans les technologies vertes.