Il faut admirer le comédien Patrick Kielty qui se lance dans son premier rôle dramatique. Dans le premier film réalisé par Prasanna Puwanarajah, Kielty incarne Shane, un comique en herbe capable de raconter avec précision ses scènes préférées d’Only Fools and Horses, mais qui n’a aucune compétence comique propre. Bien loin d’être un personnage dérangé à la Rupert Pupkin, Shane cache un passé troublé, ce qui le rend parfait pour tisser des liens étranges avec Eileen (Seána Kerslake), une jeune chauffeuse de taxi acerbe qui le conduit chaque semaine de sa retraite volontaire dans le village côtier de Ballywalter à son cours de comédie à Belfast. Pourquoi ne peut-il pas conduire lui-même ? Ah, c’est à cause de son interdiction de conduire. Attention, antécédents tragiques en vue !

Il est clair qu’Eileen a aussi ses problèmes, dès l’instant où elle recule dans une moto puis s’en va en laissant le propriétaire furieux devant les dégâts – elle est un désastre ambulant. Heureusement, le trajet hebdomadaire de 40 minutes est suffisamment long pour qu’elle et Shane échangent leurs histoires de malchance et trouvent un réconfort mutuel grâce à leur amitié. Après une période difficile, ils commencent bientôt à révéler le meilleur et le pire l’un chez l’autre. Quand il lui demande d’être « moins garce et plus conductrice de taxi », cela lui fait visiblement plaisir : enfin, ce pauvre type montre de l’énergie. À son premier spectacle, elle l’encourage à laisser de côté les blagues de papa et à laisser la comédie émerger de la vérité.

Cela se produit seulement sporadiquement dans le scénario de Stacey Gregg lui-même, qui mise beaucoup sur les moments émotionnels annoncés, mais peu sur les détails distinctifs. Les scènes de confrontation entre Eileen – qui a un autre travail en tant que barista – et un client désagréable rejouent une scène de Bridesmaids avec une conclusion identique, tandis qu’il est sûrement temps, à la suite de Fleabag et du film Animals de 2018, de retirer le renard urbain en tant que symbole. Kielty réussit à capturer le côté dur de Shane, mais il ne se passe jamais assez de choses derrière ses yeux pour que ses moments plus contemplatifs semblent convaincants. Il aurait également été agréable de voir les personnages secondaires être davantage développés ; Conor MacNeill, excellent acteur, a étonnamment peu à faire en tant que complice comique de Shane. Heureusement pour Kerslake, qui mène l’action, littéralement et figurativement. Son interprétation d’Eileen, endommagée mais résiliente, est acide, sans sentimentalisme et authentique.

Ballywalter sort le 22 septembre dans les salles de cinéma britanniques et irlandaises.

Points importants de l’article :
– Patrick Kielty joue son premier rôle dramatique dans le film de Prasanna Puwanarajah.
– Le personnage de Shane est un comique en herbe avec un passé troublé.
– Seána Kerslake incarne Eileen, une chauffeuse de taxi acerbe qui aide Shane à se rendre à ses cours de comédie.
– Eileen et Shane tissent des liens d’amitié et s’aident mutuellement à surmonter leurs difficultés.
– Le scénario de Stacey Gregg manque de détails distinctifs, mais Seána Kerslake se démarque par sa performance authentique.
– Ballywalter sortira le 22 septembre au Royaume-Uni et en Irlande.