Le dernier film de Emerald Fennell, Saltburn, divise les opinions

Le dernier film d’Emerald Fennell, Saltburn, a suscité beaucoup de débats. Certaines personnes pensent que le film est réussi en tant que thriller érotique et sensationnel, tandis que d’autres le considèrent comme une provocation vide et superficielle. En mettant l’accent sur l’importance des sensations et de l’esthétique par rapport à la profondeur et à la narration, le film divise les spectateurs et les critiques.

Ce qui a été dit

Certains critiques ont salué le film pour sa beauté visuelle et son ambiance captivante. D’autres ont critiqué son manque de profondeur, le qualifiant de vide et superficiel. Que penser de cette division et comment cela affecte le film dans son ensemble?

Le pouvoir des vibes

Le film se concentre sur les « vibes », c’est-à-dire sur les sentiments et l’atmosphère que le film cherche à provoquer chez le spectateur. Certains estiment que Saltburn utilise efficacement les vibes pour créer une sensation envoûtante et provocante, tandis que d’autres pensent que cela nuit à la profondeur et à l’authenticité du film.

Les incohérences du film

Le film semble avoir du mal à trouver sa période temporelle. Certains éléments du film semblent s’inspirer des années 2000, tandis que d’autres éléments le placent dans une période plus récente. Cela a conduit à des critiques sur le manque de cohérence du film.

Conclusion

Malgré ses aspects visuels attrayants, certains trouvent que Saltburn manque de profondeur et de substance. La controverse entourant le film souligne l’importance de la cohérence et de la profondeur dans la narration cinématographique.