La France enquête sur les graffitis sur le mémorial de l'Holocauste : la Russie en cause ? - 1

Enquête en cours sur des graffitis antisémites à Paris

La France enquête sur des graffitis peints sur le mur du mémorial de l’Holocauste de Paris la semaine dernière pour déterminer s’il s’agissait d’une opération de déstabilisation coordonnée depuis la Russie, ont rapporté les médias français.

  • Le matin du 14 mai, une vingtaine de symboles de mains rouges ont été découverts sur l’un des murs extérieurs du mémorial, dédié à honorer les individus ayant sauvé des Juifs de la persécution pendant l’occupation nazie en France.
  • La maire de Paris, Anne Hidalgo, a immédiatement signalé les graffitis aux procureurs comme un possible acte antisémite. Le président français, Emmanuel Macron, a condamné l’acte comme un acte d’antisémitisme odieux.
  • France Info a rapporté qu’une source proche de l’enquête avait confirmé que la vidéosurveillance du mémorial avait enregistré deux individus arrivant vers 3 heures du matin avec des bombes de peinture et des pochoirs, ainsi que deux ou trois autres personnes potentiellement impliquées.
  • Les enquêteurs se demandent si les graffitis ont été commandés par les services de sécurité russes, suivant un schéma similaire à une campagne de graffitis l’automne dernier, où des étoiles de David ont été peintes sur des bâtiments à Paris et aux alentours.

En octobre, environ 60 étoiles de David ont été découvertes sur les murs de Paris. Un couple moldave a été arrêté dans cette affaire et leur supposé commanditaire, un homme d’affaires moldave pro-russe, a été identifié.

Les autorités françaises soupçonnent que les services de sécurité russes étaient derrière cette campagne, selon une source proche du dossier.