Le footballeur français Karim Benzema a déposé une plainte en diffamation contre le ministre de l’Intérieur du pays, Gérald Darmanin, après que ce dernier ait déclaré qu’il avait des liens « notoires » avec les Frères musulmans.

L’action en justice, consultée par l’AFP, accuse le ministre d’utiliser le joueur pour marquer des points politiques, notant que Benzema « n’a jamais eu le moindre lien avec l’organisation des Frères musulmans, ni, à sa connaissance, avec quiconque prétend en être membre ».

Le ministre a commencé à cibler Benzema, 36 ans, à la mi-octobre, après que l’ancien joueur du Real Madrid a exprimé sa solidarité avec le peuple de Gaza sur les réseaux sociaux. « Nos prières au peuple de Gaza, une fois de plus victime de bombardements injustes qui n’épargnent ni les femmes ni les enfants », a-t-il écrit sur X.

Darmanin, considéré comme un dur au sein de son parti, a déclaré lors d’une émission de radio conservatrice française: « Benzema est notoirement lié aux Frères musulmans, nous le savons tous. » Il n’a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations.

Quelques jours plus tard, après que Benzema eut nié les allégations et menacé de représailles judiciaires, Darmanin a repoussé les appels à fournir des preuves lors d’une interview avec BFMTV.

Gérald Darmanin wearing a blue suit
Gérald Darmanin n’a offert aucune preuve à l’appui de ses allégations à propos de Benzema. Photograph: SLY/Imaz Press/AFP/Getty Images

L’honorable avocat d Benezma, Hugues Vigier, a qualifié les paroles du ministre de déplacées. « C’est le contraire exact de ce vers quoi un homme qui se dit politicien devrait oeuvrer », a-t-il déclaré à la radiodiffuseur français RTL.

Il a ajouté que les commentaires de Darmanin « sèment la division en France, avec de nombreuses personnes qui ne comprennent pas ce genre de propos, certaines qui excluent Karim Benzema et d’autres qui se sentent exclus par ce qui est dit à son sujet ».

  • Karim Benzema a poursuivi en justice le ministre de l’Intérieur français, Gerald Darmanin, après que ce dernier l’ait accusé d’avoir des liens avec les Frères musulmans.
  • Les accusations ont été qualifiées de politiquement motivées car Benzema aurait exprimé sa solidarité avec le peuple de Gaza.
  • Aucune preuve n’a été fournie pour appuyer les allégations de Darmanin, malgré les menaces de Benzema de poursuites.
  • L’action en justice soutient que les déclarations du ministre « sont nuisibles à l’honneur et à la réputation » du footballeur.
  • L’avocat de Benzema a condamné les commentaires du ministre, les qualifiant de semant la division en France.