« J'espère que des leçons seront tirées » › Geeky News - 1

Il y a un an un jour, et sous les yeux du monde entier, le Royaume-Uni lançait sa campagne de vaccination contre le Covid-19, légèrement en avance sur le reste de la planète. Margaret Keenan, 90 ans, restera dans l’histoire comme la première personne au monde à bénéficier du vaccin à ARN messager développé par le laboratoire Pfizer-BioNTech. Un moment attendu, tant d’impuissance dominait jusqu’à présent avant les vagues dévastatrices du Covid qui ont par la suite fait du Royaume-Uni le pays le plus navré d’Europe par la maladie.

Depuis le 8 décembre 2020, les injections n’ont jamais cessé sur tout le Canal. Au 5 décembre, environ 118 millions de doses avaient été administrées en Angleterre, en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord. Avec L’Express, professeur d’immunologie à l’Imperial College de Londres, Danny Altmann revient sur ce qui semblait encore être un pari fou à l’époque.

L’Express : Comment voyez-vous la campagne de vaccination au Royaume-Uni ?

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

Ici, il est souvent décrit comme un grand succès ! Il est vrai qu’il a d’abord agi rapidement et puissamment pour stopper la vague de contamination par le variant Alpha à l’hiver 2020. En revanche, l’adhésion a progressivement diminué par rapport aux autres pays européens : à la deuxième dose, nous ne sommes que le neuvième pays le plus avancé du continent. De plus, nous avons été remarquablement lents à approuver les vaccins pour les adolescents. Cela signifie que beaucoup d’entre eux sont retournés à l’école au début de l’année scolaire sans être vaccinés. Ils ont joué un rôle très important dans le long plateau des contaminations liées à la variante Delta (toujours en cours). Deuxièmement, parce que nous nous sommes fait vacciner tôt, nous avons perdu l’immunité avant tout le monde et la campagne de rappel n’a pas été lancée assez rapidement. Alors mon verdict est le suivant : la campagne s’est plutôt bien passée, oui, mais pas brillamment non plus.

Si vous ne pouvez pas lire le tableau, cliquez ici.

Au lieu de cela, le Royaume-Uni s’est appuyé sur le vaccin AstraZeneca à base d’adénovirus plutôt que sur les vaccins à ARNm en premier lieu. Était-ce le bon choix, après les critiques qui lui ont été faites, notamment en Europe ?

J’ai été un peu choqué de voir ce vaccin trivialement politisé au détriment de la santé publique. En fin de compte, à mon avis, AstraZeneca / Oxford a sans doute eu le plus grand impact mondial sur l’atténuation de la pandémie, bénéficiant à plus de pays et représentant des milliards de doses injectées. Notre laboratoire [au Hammersmith Hospital, sur le campus de l’Imperial College] effectué l’une des méta-analyses les plus complètes de tous les essais de vaccins. Les avantages et les inconvénients sont différents à chaque fois. Les vaccins obtiennent des résultats légèrement meilleurs en termes d’anticorps neutralisants, certains pour les lymphocytes T, d’autres voient que leurs effets durent plus longtemps, d’autres moins… Et tout cela varie aussi selon les réponses aux variants. En vérité, n’importe lequel des 20 vaccins actuellement sur le marché pourrait sortir un pays du pétrin dans lequel Covid l’a mis. L’utilisation de vaccins à ARNm pour le rappel (ou la troisième dose) est une décision scientifique plus nuancée basée sur des préoccupations concernant une résistance potentielle liée aux anticorps antiadénoviraux. [propriété des vaccins à adénovirus comme AstraZeneca], même si cela peut ne pas être un problème.

Quelles étaient vos craintes avant le début de la vaccination britannique contre le Covid-19 ? Le pays a été le premier à se lancer dans la vaccination de masse, avec des produits certifiés mais encore méconnus du grand public.

Mes craintes étaient simplement que nous n’obtenions pas les vaccins assez rapidement pour éviter une catastrophe encore plus grave. En tant qu’immunologue et vaccinologue, j’étais conscient de l’étendue des travaux effectués sur les vaccins contre les adénovirus (comme AstraZeneca) et les ARNm (Pfizer-BioNTech-Moderna) au cours des dix à quinze dernières années. J’avais donc de grands espoirs qu’ils réussiraient.

Quelles conclusions peut-on tirer un an plus tard sur l’évolution de la vaccination ?

L’essentiel est qu’il existe maintenant 24 vaccins différents dans le monde (et plus de 100 en cours d’essais), largement basés sur des présentations hautement immunogènes de la protéine Spike. Beaucoup d’entre eux ont déjà été extrêmement efficaces pour atténuer les horreurs de la pandémie.

D’autre part, et après avoir passé beaucoup de temps à cartographier l’immunité au SARS-CoV-2 (et son déclin), j’ai été plus profondément perturbé par la dangereuse désinformation que « l’immunité naturelle », pour attraper Covid, pourrait en quelque sorte d’être une stratégie alternative à la vaccination. On en voit le coût malheureusement, comme aux États-Unis, où certains comtés anti-masque et anti-vaccin ont plusieurs fois la mortalité des autres. Ce prix à payer est très élevé.

Quelles sont selon vous les conséquences et les leçons à tirer de cette campagne en termes de santé publique ?

Nous avons besoin d’une véritable stratégie de préparation à une pandémie, y compris des plateformes de vaccins entièrement prêtes à fonctionner. J’espère profondément que les leçons sont maintenant apprises. En revanche, plus positif, la nouvelle impulsion derrière les vaccins et les nouvelles technologies alimentera demain la lutte contre d’autres grands tueurs dont les progrès avaient ralenti : le paludisme, le VIH ou la tuberculose.

Quelle image forte de cette campagne de vaccination prenez-vous en compte ?

Ayant travaillé dans ce domaine toute ma vie, j’ai ressenti une certaine émotion de voir des centaines de personnes devant les centres de vaccination faire la queue tôt le matin pour être accueillies par des vaccinateurs bénévoles, des tasses de thé et, surtout, des vaccins avec un niveau. efficacité dont aucun d’entre nous n’avait osé rêver. Bien sûr, il y a des images négatives. Le SRAS-CoV-2 agit comme un virus tueur qui se lie à nos récepteurs ACE2 et peut nous tuer à moins qu’il n’ait un niveau élevé d’anticorps neutralisants, induits par la vaccination. Malheureusement, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui n’en sont pas convaincues et qui prétendent avoir fait leurs propres « recherches » sur Facebook ou Google. Ou d’autres qui évoquaient des « faits alternatifs ».

Comment voyez-vous l’année prochaine ? Doit-on désormais développer de nouveaux vaccins, encore plus robustes, ou passer d’abord à une troisième dose pour tous ? Les deux peut-être ?

Le paysage mondial de l’évolution virale du SRAS-CoV-2 et de l’immunité de l’hôte est désormais diversifié et change rapidement. Nous sommes confrontés à une maladie beaucoup plus complexe que la feuille blanche avec laquelle nous avons commencé en décembre 2019. Les gens du monde entier peuvent ne pas être infectés ou avoir été infectés de diverses manières par la souche Wuhan, Alpha, Beta, Gamma, Delta, Omicron , ce chevauchement par plusieurs vaccins, ou aucun.

Le plus important maintenant est de travailler dur pour une distribution mondiale équitable des vaccins. Ce n’est pas seulement de l’altruisme. C’est la certitude que nous ne serons jamais à l’abri de nouvelles épidémies et variantes tant que nous n’aurons pas mis tout le monde en sécurité. Nous avons vu avec Omicron qu’une variante peut traverser le globe en quelques jours. À court terme, la réponse est définitivement les rappels. A plus long terme, il faudra recourir à des vaccins de nouvelle génération qui offriront une protection plus étendue et plus durable.

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Vous parlez d’accès universel aux vaccins, mais saurons-nous convaincre le monde entier de se faire vacciner ?

Au début, beaucoup d’entre nous ont examiné les données du monde entier sur la réticence à la vaccination dans divers pays (en particulier la France) et craignaient que cela n’atténue ses effets. En fait, la plupart des pays ont adopté le vaccin beaucoup plus tôt que prévu. C’est-à-dire que beaucoup sont revenus qui doutaient des vaccins. Les données fluctuent encore selon les pays, mais en général cette réticence a tendance à diminuer avec l’augmentation des cas et des décès.

Retour d’information

Chronique

Les réflexions sur le présent de Christophe Donner, écrivain.Par Christophe Donner

Journal d’un libéral

"Des nuages ​​de colère sociale se profilent à lPar Alain Madelin

Chronique

Abnoussé shalmaniAbnoussé shalmani

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du conseil scientifique et évaluateur de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Robin Rivaton

Script PHP, Elementor Pro Weadown, Thème WordPress, Fs Poster Plugin Nulled, Journal – Thème WordPress News & WooCommerce, Wordfence Premium Nulled, Dokan Pro Nulled, Plugins, Elementor Pro Weadown, Astra Pro Nulled, Premium Addons for Elementor, Yoast Nulled, Flatsome Annulé, Annonce de produit personnalisé Woocommerce, Wpml Nulled, Thème Woodmart Nulled, Cartes-cadeaux PW WooCommerce Pro Nulled, Avada 7.4 Nulled, Journal 11.2, Jannah Nulled, Jnews 8.1.0 Nulled, WP Reset Pro, Woodmart Theme Nulled, Business Consulting Nulled, Rank Math Seo Pro Weadown, Slider Revolution Nulled, Consulting 6.1.4 Nulled, WeaPlay, Nulledfire