"Je veux danser avec quelqu'un" : Whitney Houston méritait mieux - 1

L’intention est louable, mais elle ne suffit pas.

• A lire aussi : 25 films qui sortent pendant les vacances

• À lire aussi : Un film sur la vie de Whitney Houston est en préparation

Réaliser un biopic n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. S’assurer les services d’un bon réalisateur (pensez à Alexander d’Oliver Stone) ou même d’une bonne actrice (pensez à Naomi Watts dans Diana) ne suffit pas. Il faut avant tout un scénario qui a du sens, une analyse et/ou une interprétation de la vie d’une personne, ainsi que des moments forts… et, en prime, un acteur qui s’oublie dans le rôle (pensez aux Doors d’Oliver Stone).

Car le scénario d’Anthony McCarten (Bohemian Rhapsody), mis en scène en personnage par le réalisateur Casey Lemmons, saute d’un tube à l’autre, remplissant le reste de courts instants de la vie de la chanteuse, citant ses exploits musicaux au passage pour tenter de faire prendre conscience de ses qualités exceptionnelles.

L’actrice britannique Naomi Aki fait de son mieux. Elle excelle dans le lip-syncing (« lip-syncing ») tout en chantant quelques notes, empruntant les manières de Whitney Houston et la dépeignant avant son succès comme une jeune femme flamboyante, volontaire et indifférente à quand on dit. Mais ça ne dure pas. Dès la troisième partie de ce long métrage de 146 minutes, l’exercice commence à ressembler beaucoup à de la peinture par numéros.

Sa relation amoureuse avec Robin Crawford (Nafessa Williams) ? Faire. Une mère autoritaire – Cissy (Tamara Touni) – et un père déshonorant – John (Clark Peters) – ? Faire. Gestionnaire de la figure paternelle – Clive Davis (Stanley Tucci) – ? Faire. Échec du mariage avec Bobby Brown (Ashton Sanders) ? Faire. Drogues? Faire. Diminuer? Faire. Ses tubes ? Faire.

Et c’est tout.

Aucun moment d’inspiration, aucune scène fédératrice, aucune explication à sa chute, aucun contexte n’est jamais donné, les événements (enveloppés dans des costumes des années 80) se succèdent au rythme de ses tubes.

Sans aucun doute, Whitney Houston mérite plus que ce « Je veux danser avec quelqu’un » endormi qui donne l’impression que la star est à nouveau exploitée.

  • Note : 2,5 sur 5
  • « Je veux danser avec quelqu’un » sort en salles le 23 décembre.