Passages: un film à la fois sensuel et tristement captivant

Le nouveau film d’Ira Sachs est une magnifique reprise après la déception de son étrange film avec Isabelle Huppert, Frankie. Il s’agit d’un triangle amoureux où deux hommes gays et une femme hétérosexuelle se retrouvent dans une relation marquée par la rancœur. Un jeune cinéaste adulé trompe son mari avec une jeune femme, puis tente, de manière malhonnête et évolutive, de concilier son désir persistant pour son ancien partenaire avec cette nouvelle relation hétérosexuelle. Le schéma de l’expression sexuelle sophistiquée qu’il imagine vaguement est mis à rude épreuve par la réalité simple des sentiments humains.

Le cadre est Paris. Franz Rogowski incarne Tomas, un brillant réalisateur jeune mais versatile, que nous voyons dès la première scène réprimander violemment un jeune acteur malchanceux pour être entré dans le cadre de manière incorrecte. Il est marié à Martin, interprété par Ben Whishaw, un artiste et imprimeur élégant mais plutôt réservé, qui s’ennuie à la fête de fin de tournage et irrite Tomas en partant tôt. C’est ainsi que Tomas danse avec Agathe, jouée par Adèle Exarchopoulos, et rentre avec elle. Tout d’abord, Tomas informe Martin avec légèreté de ce qui s’est passé, sans jamais s’excuser et en lui demandant de l’aider à traverser cette situation.

Profondément blessé, Martin se renferme sur lui-même. L’affaire de Tomas avec Agathe se poursuit, mais il panique à l’idée de perdre Martin et tente une réconciliation par une scène de sexe explosivement explicite et sans compromis. Mais est-il toujours amoureux de Martin ? Aime-t-il Agathe ? Ou Tomas essaie-t-il simplement de réorganiser la situation en déclin à son avantage en utilisant son sex-appeal très considérable? Les « passages » du titre peuvent signifier la transition d’un type de désir à un autre, ou la prise de conscience que le désir entraîne de nouvelles responsabilités.

Le résultat est tristesse et douleur, mais cela s’obtient à travers une aventure exaltante et fascinante. Sachs a déjà été le poète des sentiments des personnes d’âge moyen. Maintenant, il a abordé une nouvelle génération, presque dans le territoire d’Eric Rohmer, dans le monde de jeunes gens qui ont beaucoup moins d’expérience des déceptions et des compromis. Ou peut-être, dans ce monde de sophistication cosmopolite, sommes-nous dans le territoire de Woody Allen ou de Nora Ephron ? Il y a un grand éclat de rire lorsque Tomas, ce tricheur sans soucis, téléphone à Martin, pensant qu’il est désormais tristement seul, et s’exclame : « Quelle est cette musique ? » Nous passons à l’appartement de Martin alors qu’il répond avec dédain : « Ne soit pas ridicule ! » mais le plan révèle qu’il n’est pas seul.

Rogowski, Whishaw et Exarchopoulos sont tous des acteurs exceptionnels et ils donnent vie à ce film de manière vivante et sensuelle. Ce qui est peut-être le plus intéressant se produit dans une scène insoutenable où Tomas doit déjeuner avec les parents d’Agathe, qui désapprouvent clairement la situation. La mère d’Agathe, Edith (Caroline Chaniolleau), communique avec Tomas, ou échoue à le faire, dans un anglais hésitant, et Olivier Rabourdin joue un rôle presque muet en tant que père d’Agathe qui ne comprend pas du tout.

Peut-être qu’Exarchopoulos éclipse légèrement les deux hommes dans sa scène finale ; face à Martin autour d’une table de café, elle rejette un cadeau que Martin essaie de lui offrir, et peut-être ressent-elle une certaine et froide satisfaction en le rejetant, en punissant Martin d’être resté loyal envers Tomas. Il y a actuellement un discours plutôt pudibond sur les réseaux sociaux concernant l’inacceptabilité de la scène de sexe, qui serait censée ne pas faire avancer l’histoire. Dans Passages, le sexe est l’histoire, l’histoire de nos vies.

Important points of the article:
– Ira Sachs’s new movie is a successful return to form after the disappointment of his previous film.
– The film is a love triangle involving two gay men and a straight woman.
– It explores the complexities of desire and the reality of human emotions.
– The setting is Paris, and the film features talented performances from Franz Rogowski, Ben Whishaw, and Adèle Exarchopoulos.
– The film delves into the challenges and dynamics of the relationships between the characters.
– Social media discourse on the acceptance of explicit sex scenes in the film.
– Passages is released on 1 September in UK and Irish cinemas.