Le nouveau film de Hirokazu Kore-eda, « Monster », est un drame familial qui traite de l’intimidation, de l’homophobie, des dysfonctionnements familiaux, du respect inconditionnel de l’autorité biaisée et de la propagation de rumeurs sur les réseaux sociaux. Présenté au Festival de Cannes, ce film complexe défie le spectateur et l’emmène sur des chemins inattendus. L’histoire tourne autour d’un incendie qui dévaste un bar, soupçonné d’être un lieu mal fréquenté, où les rumeurs les plus fantasques se répandent. Une mère célibataire, Saori, entend dire que Mr Hori, un enseignant local, avait été aperçu sur les lieux et commence à nourrir des préjugés contre lui. Puis, son fils revient de l’école en disant que Mr Hori s’est moqué de lui en l’insultant de « cerveau de cochon ». Furieuse, Saori demande une explication auprès de la direction de l’école, mais ne reçoit qu’un simulacre d’excuse stupide et inapproprié. Cependant, tout cela n’est qu’un début, que l’on suit ensuite de multiples flashbacks et points de vue changeants, qui montrent des événements marquants de l’histoire sous différents angles. Les enfants en sont les principaux protagonistes, avec leur propension à la méchanceté, la violence et l’automutilation. Les parents cherchent à découvrir la vérité, tandis que les enseignants tentent de sauver leur réputation professionnelle. Finalement, le film offre une lueur d’espoir, incarnée par des interprétations excellentes, notamment de la part de Sakura Ando, Eita Nagayami et des jeunes acteurs. Bien que la trame puisse paraître un peu tirée par les cheveux et la psychologie des personnages difficile à cerner, « Monster » est un film intelligent qui fait appel à la sensibilité et à l’empathie du spectateur.

Points importants :
– Monster, le nouveau film de Hirokazu Kore-eda, est difficile à cerner car il traite de multiples sujets complexes tels que l’intimidation, l’homophobie, les dysfonctionnements familiaux, le respect aveugle de l’autorité, et la propagation de rumeurs sur les réseaux sociaux.
– Le film commence avec un incendie dévastateur dans un bar mal famé, où l’on soupçonne la présence de Mr Hori, un enseignant local.
– Le fils de Saori, une mère célibataire, revient de l’école en disant que Mr Hori s’est moqué de lui en l’insultant de « cerveau de cochon ».
– La direction de l’école tente de calmer Saori avec une excuse stupide et inappropriée.
– Des flashbacks et des points de vue changeants montrent des événements marquants de l’histoire sous différents angles.
– Les enfants ont une capacité cachée pour la méchanceté, la violence, et l’automutilation, tandis que les parents cherchent à découvrir la vérité et les enseignants tentent de sauver leur réputation professionnelle.
– Le film offre une lueur d’espoir et des performances excellentes de Sakura Ando, Eita Nagayami, et des jeunes acteurs.