Le documentaire American Symphony suit l’artiste Jon Batiste au cours d’une année tumultueuse. Les moments transcendants se produisent lorsque le musicien est assis au piano. Batiste, connu pour son style musical hybride mêlant jazz, classique, R&B et funk, est également célèbre pour avoir remporté l’Album de l’Année aux Grammy Awards 2022 et un Oscar pour la musique du film Soul de Pixar. Pour en savoir plus, consultez l’interview de Jon Batiste.

Le moment fort du documentaire se déroule lorsqu’il est assis au piano et improvise une composition avec un tromboniste pour son concert à Carnegie Hall, également intitulé American Symphony. La scène est magique et souligne les propos de Batiste sur la musique. Son talent musical est indiscutable.

Cependant, le documentaire semble parfois s’éparpiller entre les différents événements de la vie de Batiste et son ambition initiale de créer un concert inclusif et hybride. La maladie de sa femme, Suleika Jaouad, et les hauts et les bas de sa carrière sont abordés mais restent superficiels. Néanmoins, le documentaire offre des moments touchants et poignants, en témoigne la scène au Steinway.

La force de Jon Batiste réside dans son interprétation musicale. Malgré les obstacles, il trouve toujours le moyen de se relever, comme lors du concert à Carnegie Hall où une panne de courant l’oblige à improviser un solo passionné au piano. La musique demeure son refuge pour exprimer toute sa sensibilité.

Le documentaire American Symphony est une plongée dans la vie et la carrière de Jon Batiste, mais il laisse parfois sur notre faim. Malgré tout, il offre une perspective rare sur l’intimité du musicien et sa lutte pour conserver son intégrité artistique.