‘Culte du muscle, domination, toujours les mêmes choses.’ Tischa « The Tigress » Thomas décrit une récente session avec un client qui paie pour le privilège de se soumettre à sa volonté. Le principal emploi de Thomas est le culturisme, mais comme de nombreux semi-professionnels dans le monde du divertissement sportif et de la performance, elle se lance dans diverses activités annexes pour joindre les deux bouts. Dans le documentaire de Philipp Fussenegger, l’un des points forts est qu’il ne s’agit pas uniquement d’une histoire motivante d’autonomisation, ni d’un regard implacable sur une vie vécue en marge. Au lieu de cela, il montre comment, pour Thomas (comme pour la plupart des gens), les hauts et les bas se mélangent et se chevauchent, et ne suivent pas les arcs narratifs bien définis de la fiction.

Dans d’autres aspects, cependant, ce documentaire ressemble plutôt à de la fiction. Fussenegger n’utilise pas de témoignages ou de narrateur, ni n’a d’agenda déclaré; il s’agit plus d’une étude de personnage. Heureusement, Thomas est un sujet captivant, avec de multiples facettes contrastées de sa personnalité. Lorsque nous la rencontrons, elle danse devant la caméra, délivrant avec joie des propos inspirants sur l’image corporelle, qu’elle définit simplement et directement comme « comment vous pensez et ressentez par rapport à votre apparence ». Un peu plus tard, nous la voyons bouleversée que son bronzage coûteux s’est estompé lors d’un concours de culturisme.

Plus d’une fois, nous la voyons harcelée et verbalement agressée dans la rue. La première fois que cela se produit, son humeur est amusée et confrontante; elle répond en riant : « J’aime les embêter puisqu’ils aiment m’embêter. » À un moment plus bas, elle désespère face à la colère d’un inconnu agressif qui l’interprète comme un homme en robe. Thomas n’est pas transgenre et l’incident est un rappel douloureux que les victimes de transphobie ne sont pas seulement des personnes trans. Abordant un large éventail de problèmes sans jamais devenir un «documentaire sur les problèmes», il s’agit d’une fenêtre sur une vie qui peut – ou non – être très différente de la vôtre, et un regard touchant sur les nombreuses manifestations différentes de ce que nous appelons la force.

I Am the Tigress est disponible à partir du 24 novembre sur True Story.