Voici l’article réécrit en français:

Une nouvelle interprétation intrigante du Dr Jekyll et M. Hyde dans le style « gender-flipped » est à découvrir sous la bannière du studio Hammer, avec Eddie Izzard dans le rôle du Dr Nina Jekyll. Cependant, le film se révèle rapidement laborieux, lourd et conscient de lui-même, avec l’acteur adoptant souvent son style habituel de monologue fantasque. Si cela peut être hilarant dans le stand-up comique d’Izzard, ça semble déplacé ici.

La comédie qui émane de la performance centrale est dérangeante et sape le potentiel horrifique du film, qui est déjà entaché par la musique trop présente et des tentatives infructueuses de susciter la peur. Les deux personnalités du récit légendaire ne sont pas suffisamment différenciées, étant toutes deux très similaires à Izzard.


Scott Chambers incarne Rob Stevenson (deuxième prénom Louis), un jeune homme fraîchement sorti de prison et prêt à retrouver du travail pour plaire à son agent de libération conditionnelle, qui pourrait également lui accorder le droit de voir sa fille nourrisson bien-aimée. Grâce à son frère, Rob obtient un emploi de gardien chez la milliardaire recluse, le Dr Nina Jekyll, qui se serait retirée de la vie publique en raison de problèmes de santé.

Malgré le désapprobation murmurée de l’intendante à la Mrs Danvers (jouée par Lindsay Duncan), la douceur et l’honnêteté de Rob amusent le Dr Jekyll, qui lui accorde le poste, lui confiant la tâche de prendre soin d’elle dans sa vaste demeure isolée et de s’assurer qu’elle prenne bien ses médicaments. Mais rapidement, les choses tournent au désastre. Le film présente également des caméos de Simon Callow et Jonathan Hyde, ce qui semble être une expérience intéressante, mais il y a quelque chose d’essentiellement inerte ici.


Doctor Jekyll sortira le 27 octobre dans les cinémas britanniques.