Jeune fille rigolote

J’étais une drôle de petite fille avec beaucoup de copines. Mais une amie m’a dit que j’avais toujours les chaussures les plus chic. Elle, elle devait porter des chaussures orthopédiques car elle avait les chevilles fragiles. Moi, je portais des chaussures de Mary Janes rouges en cuir verni. Ma mère était pleine de style. Je suppose que ce sens du style était aussi en moi.

Un brin rebelle

J’étais un peu rebelle, mais je n’ai jamais été prise. Je ne faisais rien de vilain, je voulais juste que les gens s’amusent. Une fois, à 17 ans, je me suis lancée sur scène pour chanter avec un groupe. Je pensais être plutôt douée, mais personne d’autre n’était du même avis.

Bien déterminée

Je suis partie à 19 ans pour New York, quittant l’université, et je sentais beaucoup de pression pour réussir. J’ai gagné 50 $ pour mon premier article publié et j’ai défilé pour des défilés de mode punk pour avoir des vêtements gratuits. Je disais souvent aux gens : « Je suis écrivaine. Tu as besoin d’une écrivaine ? » J’étais déterminée. À 20 ans, j’ai été payée 1000 $ pour écrire un livre pour enfants et j’ai cru être riche.

Une vraie observatrice

J’ai vu des gens prendre des drogues et des femmes danser topless au Studio 54, mais je n’étais pas au sous-sol avec Mick Jagger. C’est probablement parce que je viens d’une bonne famille au Connecticut. J’étais plutôt une observatrice.

Une série qui fait date

Sex and the City n’a pas changé ma vie. C’était une évolution. J’étais deux ans dans la série, travaillant dans la salle d’écriture, venant juste de terminer mon deuxième livre, Four Blondes, quand j’ai signé un contrat d’un million de dollars. C’est ce qui a changé ma vie. La télévision ne m’a pas rendue célèbre. C’était l’écriture des romans.

La force des femmes

Sex and the City a marqué un point car c’est la représention de femmes qui prennent le pouvoir. Dans les années 80, les femmes allaient tout avoir et faire. Dans les année 90, beaucoup d’entre elles avaient une carrière et de l’argent, mais n’avaient toujours pas trouvé l’homme. J’ai réalisé que quand on retire l’idée de dépendre financièrement d’un homme, la vie sexuelle des femmes devient très différente. Elles ont plus de contrôle, plus de liberté et ont plusieurs partenaires.

Aventures en amour

J’ai été mariée très rapidement [au danseur de ballet Charles Askegard]. Nous nous sommes mariés trois mois après nous être rencontrés, et nous étions ensemble pendant 10 ans. Le jour où nous avons signé les papiers du divorce, est le dernier jour où je l’ai vu jusqu’à il y a trois ans où je l’ai croisé dans la rue. Nous avons parlé et ri un peu, mais je ne l’ai jamais revu.

Une vie d’après divorce

J’ai divorcé il y a 11 ans. Le rédacteur en chef du New York Observer m’aurait décrit la sensation du divorce «comme si l’on était rempli de verre brisé».

Le futur qui nous attend

Je n’ai aucune idée de ce que le futur me réserve. ce qui va définir cela, c’est ma santé. Les gens ont des trajectoires très différentes quand ils sont dans la soixantaine. Certaines personnes sont atteintes de cancer et c’est tout. Mais j’ai des amis avec des mères vivant jusqu’à la fin de la vingtaine. Tu ne sais tout simplement pas.

La série True Tales of Sex, Success and Sex and the City se prépare à débarquer au London Palladium le 7 février, visitez candacebushnell.entertainers.co.uk.