REPORTAGE. En Israël, le pari (payé) de la troisième dose › Geeky News - 1

Dans les couloirs de l’aéroport Ben Gourion, le plus grand d’Israël, Nikolas se précipite. Chargé de desservir les passagers arrivant dans le pays, il n’a repris le travail que le 1er novembre et la réouverture des frontières de l’Etat hébreu, quasiment scellées depuis le début de la pandémie. Le quadragénaire pèse contre ses « coronakilos » qui l’empêchent d’accélérer, mais il se réjouit de revoir les étrangers, après dix-huit mois passés sur son canapé. « L’aéroport est encore trop calme, les restrictions pour entrer en Israël sont élevées, mais heureusement, le gouvernement a finalement accepté de ramener des touristes », sourit Nikolas entre deux longues respirations. Désormais tout le monde est triplement vacciné ici, le Covid ne circule plus, pour que le monde entier puisse rentrer sans problème !  »

A l’heure où une partie de l’Europe doit être reconfigurée, Israël ouvre au contraire ses frontières, avec l’un des niveaux de pollution les plus bas au monde : moins de 50 cas par million d’habitants au 17 novembre, contre 518 en Allemagne voire 180 en France. Pourtant, les mesures restrictives à Jérusalem ou à Tel-Aviv restent souples, voire légères, pour un Européen. Le port du masque à l’intérieur est loin d’être systématique, le contrôle du Pass Vert (l’équivalent de notre pass santé) n’a lieu que de temps en temps et surtout, les Israéliens ne semblent plus avoir le virus en tête.

Un répit de quelques mois

La différence avec l’Europe est ailleurs : la plupart des Israéliens ont désormais reçu un troisième vaccin contre le Covid-19, et ses effets ont permis de sortir de la dernière vague sans confinement. « La principale leçon à tirer de cette quatrième vague est l’ampleur de l’efficacité des vaccins, souligne Eyal Leshem, infectiologue au Sheba Medical Center de Tel-Aviv. Nous avons accès à un vaccin très efficace, qui nous permet de prévenir non seulement les formes sévères de la maladie, mais aussi sa transmission. « Surtout, l’expérience israélienne nous a rappelé l’importance de mesurer l’efficacité de la protection à long terme du vaccin, « ainsi que sa résistance aux variants, s’interroge l’infectiologue. La troisième dose nous donne une pause d’environ mois ». .  »

Offre limitée. 2 mois pour 1 € sans engagement

Israël a payé le prix de la baisse de la protection vaccinale après six mois. Premier pays à avoir accès à des doses précieuses l’hiver dernier, l’Etat hébreu a connu à partir de juillet une vague de pollution sans précédent, due à la variante delta. « Il nous a fallu beaucoup de temps pour comprendre que l’efficacité de la protection vaccinale diminue avec le temps », a déclaré la ministre des Sciences Orit Farkash-Hacohen.

L’alerte a été émise par le ministère de la Santé le 22 juillet, qui indiquait que l’efficacité du vaccin Pfizer était tombée à 40 % contre la variante delta. Aussitôt, l’usage du masque a été réintroduit à l’intérieur et le pass sanitaire est redevenu obligatoire pour accéder aux lieux publics. Dans la foulée, le 1er août, le gouvernement israélien a offert une troisième dose de vaccin à tous les citoyens de plus de 60 ans, avant d’étendre la mesure à l’ensemble de la population le 29 août. « Nous devons préparer l’infrastructure pour la troisième dose et communiquer massivement au public, il est essentiel pour que cette phase de vaccination soit réussie », conseille la ministre Orit Farkash-Hacohen.

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Téléchargez l'application

Téléchargez l’application

Malgré tout, 30% des Israéliens continuent de rejeter tout vaccin, surtout les jeunes, et dans les communautés ultra-orthodoxes. Pour l’instant, il ne s’agit pas de rendre le vaccin obligatoire, mais le gouvernement cherche à augmenter le nombre de citoyens vaccinés. Elle vient d’approuver, le 14 novembre, la vaccination des enfants de 5 à 11 ans et de rendre obligatoire la troisième dose pour conserver leur Pass Vert. De quoi passer l’hiver au refuge ?

Avis (2)

Tête dans les étoiles

Stefan BarenskyStefan Barensky

Chronique

CRÉDIT : LAURA ACQUAVIVAChristophe donner

Chronique

Robin Rivaton, essayiste, membre du conseil scientifique et évaluateur de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).Par Robin Rivaton

Journal d’un libéral

"Si de nombreux économistes prestigieux ne se trompent pas lorsquPar Alain Madelin

Script PHP, Elementor Pro Weadown, Thème WordPress, Fs Poster Plugin Nulled, Journal – Thème WordPress News & WooCommerce, Wordfence Premium Nulled, Dokan Pro Nulled, Plugins, Elementor Pro Weadown, Astra Pro Nulled, Premium Addons for Elementor, Yoast Nulled, Flatsome Annulé, Annonce de produit personnalisé Woocommerce, Wpml Nulled, Thème Woodmart Nulled, Cartes-cadeaux PW WooCommerce Pro Nulled, Avada 7.4 Nulled, Journal 11.2, Jannah Nulled, Jnews 8.1.0 Nulled, WP Reset Pro, Woodmart Theme Nulled, Business Consulting Nulled, Rank Math Seo Pro Weadown, Slider Revolution Nulled, Consulting 6.1.4 Nulled, WeaPlay, Nulledfire