Que se passerait-il si vous tombiez d'un avion commercial ? - 1

Un avion de ligne commercial navigue à environ 830 km/h à une altitude de 10 000 m. Indépendamment du fait que les portes se verrouillent automatiquement en vol, la différence de pression à cette altitude est supérieure à cinq tonnes par mètre carré. Les portes des avions s’ouvrent vers l’intérieur, ce serait comme essayer d’ouvrir la porte avec un éléphant assis dessus.

Tout cela signifie que pour tomber en premier lieu, quelque chose de très grave doit être arrivé à l’avion lui-même, comme une explosion ou une défaillance structurelle catastrophique, qui est déjà susceptible de causer des blessures graves.

En supposant que vous surviviez à cela et que vous ne vous heurtiez pas aux ailes ou à la queue en sortant, vous vous retrouverez dans l’air à moins d’un quart de la pression normale au niveau de la mer et à des températures de -48°C.

La Federal Aviation Authority des États-Unis donne un « temps de conscience utile » de seulement 30 secondes à cette altitude. C’est la période où vous pouvez encore réagir rationnellement à votre environnement avant que le manque d’oxygène ne vous submerge. Au-delà de ce point, vous serez groggy et désorienté et vous vous évanouirez rapidement, mais vous ne vous asphyxierez pas.

Des études menées dans les années 1960 ont révélé que les chimpanzés pouvaient survivre jusqu’à trois minutes et demie dans le quasi-vide sans aucun effet à long terme.

Bien sûr, vous chutez également tout ce temps à environ 200 km/h, donc chaque minute vous rapproche du sol de 3 300 m. Au maximum, cela vous donne trois minutes pour supporter des conditions atmosphériques qui s’adoucissent à mesure que vous tombez.

Après cela, vous avez des problèmes beaucoup plus importants à vous inquiéter. Une seule personne a survécu à une chute d’avion à cette altitude : l’hôtesse de l’air Vesna Vulović qui était sur le vol JAT 367 en 1972 lorsqu’il a été explosé à 10 160 m par une bombe terroriste. Mais elle a été coincée à l’intérieur du fuselage endommagé, ce qui a partiellement amorti son impact.

Lire la suite:

Demandé par : A Bull, par e-mail

Pour soumettre vos questions, écrivez-nous à [email protected] (n’oubliez pas d’inclure votre nom et votre emplacement)