Opinion | Attendez, mon chien est-il défoncé ? - 1

Le matin de Thanksgiving, notre chien, Sherlock, a pris son petit-déjeuner habituel et est allé faire sa promenade habituelle, au cours de laquelle il a accompli ses fonctions corporelles habituelles avant de retourner à sa place habituelle sur son (c’est-à-dire notre) lit.

« Il y a quelque chose qui ne va pas avec Sherlock », a annoncé mon fils une heure plus tard, après quoi le chien s’est précipité dans la chambre et a commencé à faire des secousses incontrôlables. Nous avons essayé de le calmer, mais il tressaillait violemment et était visiblement terrifié. Brièvement, je me suis persuadée qu’il avait une forme comique de hoquet, mais même moi, avec mon aptitude considérable à l’illusion, j’ai dû y renoncer car il tremblait et tressaillait. Finalement, mon mari et moi nous sommes pliés à l’inévitable. Nous avons dû emmener Sherlock aux urgences vétérinaires.

Alors que nous nous dirigions vers le Schwarzman Animal Medical Center à Manhattan, j’ai essayé de me préparer. Quoi que ce soit, ça n’allait pas être bénin. Je misais sur quelque chose de neurologique, mais qu’est-ce qui pouvait arriver comme ça, à l’improviste ? Une tumeur au cerveau ? Un accident vasculaire cérébral ? (Les chiens ont-ils même des accidents vasculaires cérébraux ?) Pourrait-il s’agir de quelque chose de follement exotique, comme le kuru ? (J’ai lu une fois un livre à ce sujet, une maladie à prions de Papouasie-Nouvelle-Guinée acquise par la consommation ritualisée des cerveaux de parents morts). Il y a des années, j’avais un gentil chien nommé Angus qui s’est mis à tourner frénétiquement en rond un matin et qui, à la fin de la journée, était en insuffisance organique terminale. Alors que nous traversions Central Park en voiture, je me préparais à quelque chose de ce genre.

Voici le diagnostic auquel je ne m’attendais pas, que Sherlock a reçu à son arrivée aux urgences : une intoxication aiguë au cannabis provenant de quelque chose – probablement le bout d’un joint – qu’il avait avalé dans la rue.

Au cours des deux derniers mois, deux dispensaires ont ouvert dans mon quartier de l’Upper West Side, et cela en plus du magasin mobile apparu l’année dernière. Les trois semblent prospérer – ce qui n’est pas surprenant dans un quartier où il y a beaucoup d’étudiants et d’électeurs de gauche (une circonscription à laquelle j’appartiens). Je n’ai jamais réfléchi à tout cela jusqu’à ce que mon chien ait failli mourir.

Selon le Dr. Carly Fox, vétérinaire senior chez Schwarzman, la toxicité de la marijuana est désormais une présentation courante dans les salles d’urgence vétérinaires. La gravité dépend de la quantité ingérée ainsi que de la taille, de l’âge et de la santé de l’animal, et la plupart des chiens présentent une démarche désordonnée, un écoulement d’urine, une réaction exagérée à des stimuli normaux – ce serait le sursaut et le tremblement – une bradycardie (faible rythme cardiaque) et une légère hypothermie. (Vous pouvez voir quelques exemples choisis ici.) Les cas graves évoluent vers une dépression respiratoire, des convulsions et parfois la mort.

Du côté positif, la plupart des vétérinaires ont maintenant vu suffisamment d’empoisonnements au cannabis pour savoir à quoi ils ressemblent. Le centre antipoison pour animaux a signalé une augmentation de 765 % des appels concernant des animaux de compagnie ayant ingéré de la marijuana entre 2008 et 2018, bien avant l’arrivée du dispensaire mobile dans mon quartier, sans parler des deux emplacements de brique et de mortier. De 2020 à 2021, il y a eu un saut de 60 pour cent dans la toxicité possible de la marijuana chez les animaux de compagnie. Comme dans le cas de Sherlock, il est courant que les animaux présentent des signes cliniques peu de temps (une à deux heures) après une promenade à l’extérieur, bien que cela puisse prendre jusqu’à quatre heures dans certains cas.

Quiconque a déjà promené un chien sur un trottoir new-yorkais sait que pour un chien, le trottoir est un véritable smorgasbord, dont les délices vont de la simple olfaction à divers comestibles attrayants pour les papilles gustatives humaines et… non. En bref, promener son chien dans cette ville, c’est comme demander à n’importe lequel d’entre nous de se déchaîner dans le nouvel emporium alimentaire Tin Building de Jean-Georges Vongerichten, sauf qu’il est rempli de panneaux criant : « Servez-vous ! C’est gratuit !

Même s’il a fallu environ une nanoseconde aux vétérinaires des urgences pour identifier ce qui n’allait pas avec Sherlock, la plupart des propriétaires de chiens sont aussi ignorants que moi de ce danger particulier sous les pieds. À eux, je dis que les trottoirs de New York sont désormais un dispensaire à part entière, alors si votre chien se met soudainement à frémir et à trembler, il serait peut-être bon de penser : « Il a peut-être mangé le bout d’un joint sur le trottoir », avant, comme je l’ai fait, « Il a peut-être mangé un cerveau affligé de kuru provenant de Papouasie-Nouvelle-Guinée ». Et n’attendez pas de le découvrir par vous-même. Selon le Dr Fox, il est bon que tout animal présentant les symptômes de Sherlock se rende aux urgences vétérinaires les plus proches.

Voici une autre bonne idée : Les gens pourraient peut-être faire un peu plus attention lorsqu’ils fument de l’herbe en plein air. Ou laissez-moi le dire d’une autre manière : Peut-être que les gens pourraient ramasser leurs fichus cafards sur le trottoir et les jeter dans la poubelle la plus proche au lieu de les laisser sous leurs pieds. Hé, nous vivons dans une nation divisée, et il y a tellement de choses sur lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Mais les chiens ? Tout le monde aime les chiens. Les républicains aiment les chiens. Les démocrates aiment les chiens. Même Kyrsten Sinema aime les chiens. Alors ne les empoisonnons pas.

Hélas, pauvre Sherlock. Il s’est complètement rétabli, mais une nouvelle ère a commencé dans laquelle il est obligé de porter une muselière en maille chaque fois qu’il sort se promener. Il n’aime pas ça du tout, mais un peu d’humiliation (pour lui) et de désagrément (pour moi) sont de loin préférables à une autre nuit aux soins intensifs (pour lui), sans parler de la facture (pour moi).

Jean Hanff Korelitz est l’auteur des romans « Le retardataire » et « Le complot ».

Le Times s’engage à publier une diversité de lettres à l’éditeur. Nous aimerions savoir ce que vous pensez de cet article ou de n’importe lequel de nos articles. Voici quelques conseils. Et voici notre courriel : [email protected].

Suivez la section Opinion du New York Times sur Facebook, Twitter (@NYTopinion) et Instagram.