'Mme. Récapitulatif de l'épisode 2 de la mini-série Marvel - 1
'Mme. Récapitulatif de l'épisode 2 de la mini-série Marvel - 3

Mme Marvel

Épisode 2

Saison 1

Épisode 2

Note de l’éditeur

4 étoiles

Photo : Daniel McFadden/Marvel Studios

Le deuxième épisode de Mme Marvel maintient l’élan de la première, offrant au lycéen Kamala Khan (un Iman Vellani effervescent) un tout nouveau squish, ses meilleurs amis avec des intrigues secondaires étroitement liées, et la série dans son ensemble avec une qualité intime de passage à l’âge adulte et certains complications familiales. Les choses ont finalement commencé à aller dans le sens de Kamala lorsque l’épisode commence. Elle se sent absurdement confiante et, pour la première fois, comme une adolescente ostensiblement « normale » (malgré la découverte de ses pouvoirs). Mais en accord avec le titre de son premier arc comique, Ce n’est pas normal, une adolescence normale n’est peut-être pas envisagée pour longtemps. Au moment où les crédits roulent, les choses se sont retournées, à l’envers et complètement de côté.

Réalisé par Meera Memon, l’épisode coule en douceur d’une scène à l’autre. Sa séquence d’ouverture est en parfaite symétrie avec une scène de l’épisode 1, dans laquelle Kamala se fraye un chemin penaud dans le couloir de son lycée. Cette fois, ayant déverrouillé par inadvertance des capacités dans la veine de son idole, Captain Marvel, elle retourne ses cheveux au ralenti alors qu’elle salue ses camarades et se défend, corrigeant finalement un entraîneur scolaire sur la prononciation de son nom. La seule chose qui déséquilibre son sang-froid renouvelé est l’apparition soudaine de Kamran (Rish Shah), un senior asiatique britannique grand et attrayant, nouvellement transféré.

Kamran, que les fans de bandes dessinées peuvent reconnaître comme l’ami de la famille texane des Khans, est maintenant un charmant étranger, remixé comme une grande partie de la tradition de la série jusqu’à présent, mais le lien qu’il représente pour Kamala demeure. Lors d’une fête, l’émergence torse nu de Kamran d’une piscine devient un moment décisif de passage à l’âge adulte; la caméra est aussi obsédée par l’expression ravie de Kamala que par le torse ciselé de Kamran, qui est souligné par les couleurs et les emoji qu’elle imagine. C’est un moment à couper le souffle, en grande partie parce que le cœur de Vellani semble flotter, et l’épisode n’a même pas fini de se prélasser à cet égard.

Alors que Kamran ramène Kamala et ses amis à la maison, le duo commence à se sentir à travers les connaissances de base de Bollywood. Kamala est prise non seulement par le fait qu’elle a peut-être trouvé un garçon mignon, mais aussi un garçon pakistanais, quelqu’un à qui elle n’a pas besoin de s’expliquer constamment ou son verbiage occasionnel en ourdou (« Je sais ce que Ammi signifie » est une ligne sans prétention en soi, mais la réaction souriante de Vellani la fait monter en flèche). Dans un échange particulièrement drôle, les adolescents amoureux abordent leur amour mutuel de Baazigar – un blockbuster grand public – comme s’il s’agissait d’un film culte underground connu d’eux seuls, comme un secret chuchoté, même si un Bruno (Matt Lintz) clairement jaloux veut s’assurer que Kamran sait qu’il l’a vu aussi.

L’épisode continue en révélant que Kamran a des arrière-pensées liées aux pouvoirs de Kamala, mais Shah apporte une telle douceur à ses flirts maladroits qu’il est difficile de ne pas le croire. Lorsque Kamala et Kamran envoient des SMS, leurs messages apparaissent dans la conception de son drap de lit, et elle imagine des croquis dessinés à la main d’eux dansant à la lumière des étoiles sur le plafond de sa chambre. Elle est tellement folle de lui qu’à son retour de la fête, elle est emportée par une routine de danse jubilatoire et impromptue sur « Be My Baby » des Ronettes, alors qu’un éclairage rose brumeux consume son salon. C’est étonnamment différent de Marvel d’afficher un formalisme aussi assuré et onirique visant uniquement la splendeur visuelle, mais c’est absolument le bienvenu comme une brève évasion avant que Kamala ne réintègre l’atmosphère terrestre et s’occupe de certaines questions personnelles urgentes. Elle et Bruno doivent tester ses pouvoirs, elle et Nakia (Yasmeen Fletcher) doivent concocter un plan pour améliorer la section des femmes de leur mosquée, mais surtout, elle doit trouver un moyen de contourner sa mère aux lèvres serrées, Muneeba (Zenobia Shroff), et découvrez-en plus sur son arrière-grand-mère Aisha, la propriétaire originale du bracelet qui a débloqué ses mystérieuses capacités.

Comme ces choses se passent généralement, il y a probablement une connexion à l’univers partagé. Une supposition éclairée pourrait mener à la conclusion que son bracelet est un Nega-Band, un artefact en or qui, dans les bandes dessinées Marvel, traduit l’énergie mentale en une puissance physique palpitante – un peu comme la capacité de Kamala à donner vie à son imagination (« Comme une idée vient à la vie », dit-elle). Dans la tradition des bandes dessinées, ces groupes sont liés aux Kree, la culture extraterrestre guerrière qui a formé son idole, Captain Marvel, dans son film solo, et les groupes ont également leur propre lien avec la zone négative, un domaine fréquemment associé aux Fantastic Four. , qui ont fait leurs pseudo-débuts dans le récent Docteur étrange suite. Mais quels que soient les points que le MCU relie inévitablement, pour le moment, toutes ces questions sont centrées sur une histoire profondément personnelle.

Quand Aamir (Saagar Shaikh) amène sa fiancée Tyesha (Travina Springer) autour de lui, des questions informelles sur l’histoire de la famille de Muneeba entraînent un changement d’humeur palpable. Muneeba quitte la table, mais Yusuf (Mohan Kapur) partage le peu qu’il sait, entre un incident d’enfance magique impliquant la mère de Muneeba, Sana, et la disparition de la mère de Sana, Aisha, lors de la violente partition de l’Inde et du Pakistan en 1947. Les bandes dessinées racontent une histoire. de la famille de Muneeba migrant à Karachi depuis Mumbai (alors Bombay), mais alors que ce n’était à l’origine qu’un détail de fond, ici, cela devient le fondement de tensions dramatiques centrales. Comme beaucoup de familles sud-asiatiques, il y a un air de silence autour de ces événements et des détails désagréables de qui a ou n’a pas traversé la frontière en train. Couplé à des rumeurs peu recommandables sur les irrégularités sexuelles d’Aisha, le silence entourant la partition est renforcé par le silence autour de la honte et de la sexualité dans de nombreux foyers sud-asiatiques; Afin d’en savoir plus sur elle-même, Kamala devra trouver un moyen de franchir d’énormes obstacles culturels.

Ces idées se manifestent tout au long de l’épisode de plusieurs manières. Lorsque Kamala a une vision, apparemment déclenchée par son bracelet, son environnement prend les qualités visuelles et sonores tonitruantes d’un train à grande vitesse, comme si les histoires à moitié racontées de Partition envahissaient d’une manière ou d’une autre sa conscience, la berçant profondément. Mais le silence de sa mère se répercute également sur des scènes plus modestes. Lorsque la «lumière dure» de Kamala émane de son nez de manière incontrôlable, comme un méchant bouton – une tentative de métaphore de la puberté, bien que pas aussi efficace que ses pouvoirs de transformation corporelle dans les bandes dessinées – elle se précipite pour se cacher dans la salle de bain des filles. Nakia, supposant que le problème est menstruel, lui offre utilement un tampon mais lui donne également le choix d’une serviette, citant l’inconfort de Muneeba avec le premier (en raison, peut-être, de croyances sous-continentales malheureusement communes autour de la virginité, même si c’est probablement quelque chose de Muneeba et Kamala n’en a jamais discuté explicitement, et seulement sous-entendu maladroitement). C’est une interaction éphémère entre amis, mais cela donne une image vivante de la réticence et de l’incapacité des Khans à discuter de sujets corporels avec leur fille – une réticence que Nakia éprouve également.

Ces petits moments de compréhension mutuelle aident l’épisode à ralentir et à devenir plus qu’un simple système de livraison d’intrigue. Le trio Kamala-Bruno-Nakia a une dynamique délicieusement réaliste, avec des plaisanteries interpersonnelles qui ne dépendent pas des références de la culture pop ou de la méchanceté irrévérencieuse, comme tant de comédies américaines. Leurs amitiés respectives sont également au cœur de chacune de leurs histoires. Bruno est accepté dans un prestigieux programme Early Immersion à Caltech, qu’il trouve immédiatement des excuses pour rejeter, et même si cela ne se présente jamais, nous savons immédiatement pourquoi. Son béguin pour Kamala est beaucoup plus apparent que la semaine dernière, et sa connexion instantanée avec Kamran le rend misérable. Nakia, une fille biraciale qui a lutté avec l’appartenance, oriente Kamala dans le sens de réconcilier ses moitiés culturelles en guerre pour son propre bien plutôt que pour celui de quelqu’un d’autre. « Naks » est un phare vivant de ce qu’elle prêche – ça se voit ; elle est probablement le personnage hijabi le plus éblouissant et le plus à la mode sur les écrans américains – et sa prochaine étape consiste à ouvrir la voie en adoptant un changement positif au sein de son conseil d’administration de mosquée. Toutes ces intrigues secondaires se heurtent dans la séquence animée de la foire de l’Aïd. Bruno s’habille pour impressionner (il est superbe dans sa tenue bleu marine kurta), Nakia essaie de gagner le vote de Yusuf par un chantage émotionnel – la caméra tourne en rond alors qu’elle se rapproche de lui; une mise en scène effectivement ironique – et Kamala essaie d’extraire des secrets de famille de la plus bavarde de toutes les cliques de la mosquée : les IlluminAunties !

Si l’épisode a des points faibles, ils sont mineurs. Pour le moment, Zoe (Laurel Marsden), l’ennemi de Kamala, l’un des personnages secondaires les plus riches de la bande dessinée, est plus un point d’intrigue qu’une personne, mais la scène dans laquelle elle est interrogée par les agents du Département du contrôle des dommages Cleary (Arian Moayed) et Deever ( Alysia Reiner) établit au moins que, même dans l’Amérique de Marvel, les musulmans sont toujours ciblés par le FBI. De plus, alors que la bande originale de l’épisode est remplie de bangers contemporains – de « Jalebi Baby » de Tesher lorsque Kamran apparaît torse nu à « Goddess » de Krewella, Nervo et Raja Kumari lors d’un montage d’entraînement – ​​il est difficile de ne pas se demander si ce sont les bons choix à ce stade. stade de l’histoire. Le spectacle gravite autour d’artistes sud-asiatiques bien établis aux États-Unis et au Royaume-Uni, dont la musique est un hybride d’influences orientales et occidentales; d’un point de vue thématique, ces styles sont peut-être trop harmonieusement mélangés pour refléter la vie intérieure de Kamala à l’heure actuelle, en tant que personnage essayant encore de concilier différentes parties de son identité. La musique parle plus de moments individuels que de retracer son parcours (mais cela fait ressortir ces moments).

Après un simple sauvetage à petite échelle (où le montage rythmique contribue grandement à maintenir la tension), Kamala échappe au DODC tandis que frapper un drone – un moment « enfer ouais » s’il y en a jamais eu un – avant que Kamran n’intervienne pour la sauver, révélant que ce n’est pas ce qu’elle pensait. L’épisode crescendos avec une vague d’émotions, oscillant entre la peur de la persécution gouvernementale, la piqûre de la trahison et la pure confusion de la raison pour laquelle la mère de Kamran (Nimra Bucha) est apparue à Kamala dans des visions lumineuses. Trois cliffhangers à la fois, tous exigeant des explications et tous menant à l’anticipation de ce qui va suivre.

• Les vêtements sont importants pour le développement de Kamala une fois de plus cette semaine. Le haut que Nakia lui tend – un dessin similaire à son écharpe sur la couverture de Mme Marvel # 1 – fait partie de son ensemble plus joli et plus extraverti lors de son rendez-vous avec Kamran, mais elle conserve toujours la couche protectrice de sa veste Captain Marvel.

• Les différentes cliques de la mosquée ont toutes leur propre lettrage comique unique, il ne devrait donc pas falloir longtemps avant que Marvel révèle la conception du titre d’un spectacle IlluminAunties.

• Kamran semble tout aussi attrayant lorsqu’il met un accent pakistanais réaliste – un changement bienvenu par rapport à l’approche généralement caricaturale de la télévision américaine.

• Nous savons que Kamran et Kamala préfèrent Baazigar à DDLJ, mais à quel film font-ils référence comme étant le pire de Shah Rukh Khan ? Les gens méritent des réponses !

• Le dweeb qui trompe Kamala pour qu’il boive de la vodka mérite d’être frappé dans la bite.

• Kamala et Muneeba sont toujours mal à l’aise après les manigances de la semaine dernière, mais il y a toujours un niveau de confiance touchant entre eux.

• Lorsque Kamala s’évanouit, nous recevons la citation de la semaine de Muneeba : un « Tu n’as rien mangé ? Ou avez-vous trop mangé?