La France fait face à un problème démographique. Le gouvernement français en est convaincu. Le taux de natalité de la France a diminué de 7 % en 2023 par rapport à l’année précédente, ce qui constitue une baisse significative. Le président Emmanuel Macron a annoncé un plan pour ce qu’il appelle le « réarmement démographique », qui comprend des tests de fertilité pour les personnes âgées de 25 ans. Cependant, cette vision du taux de natalité comme un outil pour que la France reste compétitive sur la scène internationale semble mettre une pression inutile sur les épaules de toutes les personnes en âge de procréer. En outre, cette intrusion dans nos vies personnelles est source de malaise.

Le président Macron, âgé de 46 ans, a lui-même choisi de ne pas avoir d’enfants. Pourquoi ne peut-il pas laisser tout le monde faire ses propres choix en la matière?

Il est important de noter que le nombre de personnes commençant à planifier d’avoir des enfants à l’âge de 25 ans est extrêmement faible; l’âge moyen auquel les Françaises accouchent est de 31 ans. Au lieu d’encourager des préjugés sur la baisse de la fécondité et d’imposer des tests à des personnes qui pourraient ne pas envisager d’avoir des enfants, le président devrait se demander si les gens sont en mesure d’avoir autant d’enfants qu’ils le souhaitent.

Points importants:

  • La baisse du taux de natalité en France
  • Plan de « réarmement démographique » de Macron
  • Portée de cette vision pour les Français

La vision du président sur la baisse de la fécondité sans tenir compte du contexte politique dans lequel les gens décident s’ils peuvent ou non planifier un futur avec des enfants est une déformation de la réalité. Comment les gens peuvent-ils se sentir sereins à l’idée d’élever des enfants dans un climat d’insécurité économique combiné à la détérioration grave des services publics, y compris les hôpitaux et les écoles?

En outre, le fait de blâmer la baisse de la fécondité sans aborder le patriarcat structurel est une vision qui manque complètement le point essentiel. Alors que les femmes en moyenne sont plus instruites que les hommes, elles gagnent encore moins et rencontrent beaucoup plus d’obstacles dans leur carrière lorsqu’elles deviennent mères. Dans les couples hétérosexuels, les femmes assument 70% de la charge de travail domestique, ce qui constitue un obstacle aux grossesses multiples. Par conséquent, la priorité est de lancer une campagne en faveur de l’égalité et d’allouer des ressources massives à cette fin.