Emmanuel Macron dévoile un « plan écologique » national visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France de 55 % et à mettre fin à l’utilisation des combustibles fossiles d’ici 2030.

Après un conseil des ministres spécial à l’Élysée, le président français a annoncé la mise en place d’un programme en 50 points, auquel seront alloués 10 milliards d’euros supplémentaires. Macron l’a décrit comme une « écologie à la française ».

Le plan vise à répondre à la crise climatique tout en veillant à ce que la France reste compétitive dans l’agriculture et l’industrie, a déclaré Macron.

Il est essentiel, a-t-il déclaré, que « la France réduise notre dépendance aux combustibles fossiles, tels que le charbon, l’essence et le gaz, que nous ne produisons plus mais dont nous dépendons ». L’objectif, a-t-il ajouté, est de réduire cette dépendance de 60% à 40% d’ici 2030.

« La priorité que nous avons fixée est que d’ici janvier 2027, nous aurons totalement mis fin à l’utilisation du charbon pour notre production d’électricité », a-t-il déclaré.

  • Objectif : réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France de 55% d’ici 2030
  • Objectif : mettre fin à l’utilisation des combustibles fossiles d’ici 2030
  • Inclusion de mesures pour accélérer la production de voitures électriques
  • Mise en place de nouvelles installations d’éoliennes offshore
  • Ouverture de plusieurs usines de batteries électriques dans le nord de la France
  • Investissement de 700 millions d’euros de l’État dans le réseau ferroviaire régional
  • Engagement des entreprises responsables des 50 sites industriels les plus polluants de France à réduire la pollution de 45% d’ici 2030
  • Revendications écologiques décevantes selon certains partis politiques

Macron a également annoncé que l’État reprendrait le contrôle des prix de l’électricité le mois prochain. Il a encouragé les gens à envisager des alternatives telles que les pompes à chaleur, promettant de tripler la production de pompes dans les trois prochaines années et de former 30 000 nouveaux installateurs.

Même si c’est Macron qui a annoncé le plan, le bureau du Premier ministre, Élisabeth Borne, l’a élaboré après la nomination d’un secrétaire général chargé de la planification écologique l’année dernière. Antoine Pellion a été chargé de « coordonner le développement des stratégies nationales dans les domaines du climat, de l’énergie, de la biodiversité et de l’économie circulaire ».

Borne a présenté le plan aux leaders des partis politiques et aux groupes écologistes la semaine dernière, plusieurs d’entre eux le qualifiant de décevant. « Ce plan écologique est le plan de communication le plus long de l’histoire », a déclaré Marine Tondelier d’Europe Écologie les Verts après sa rencontre avec le Premier ministre.

Olivier Faure, le chef du Parti socialiste, a qualifié le plan de « décevant ».