Les extraterrestres ne nous contactent pas car la Terre ne serait pas exceptionnelle, selon une étude - 1

Pourquoi aucune civilisation extraterrestre ne nous a-t-elle jusqu’à présent contacté d’une manière ou d’une autre, alors qu’il existe plusieurs centaines de milliards de planètes dans notre galaxie ? Amri Wandel, docteur en astrophysique de l’Université de Jérusalem, propose une nouvelle réponse à cette question, connue sous le nom de paradoxe de Fermi. Selon lui, les extraterrestres – s’ils existent – ​​chercheront à entrer en contact avec les formes de vie les plus avancées technologiquement. Et de leur point de vue, la Terre ne serait pas une cible prioritaire.

Le paradoxe de Fermi, formulé par le physicien italien Enrico Fermi en 1950, concerne la possibilité d’une vie extraterrestre et d’un éventuel contact. Selon lui, parmi les systèmes planétaires plus anciens que notre système solaire, des civilisations plus développées auraient dû apparaître et des traces de leur existence auraient dû être visibles depuis la Terre. Alors pourquoi n’avons-nous jamais trouvé le moindre signe de leur existence ? Plusieurs hypothèses ont été avancées : certaines suggèrent que la vie est rare, que la vie intelligente est rare, ou que les civilisations capables de voler dans l’espace sont rares.

D’autres, sur la base de nombreux rapports de phénomènes aériens non identifiés, pensent que des extraterrestres ont déjà visité notre système solaire, soit directement, soit via des sondes spatiales. Mais Amri Wandel pense qu’une autre civilisation aux ressources limitées ciblerait plutôt les planètes les plus intéressantes. Pourtant, la Terre ne serait pas si exceptionnelle. « Les extraterrestres ne considèrent pas la Terre comme spéciale, car il y a probablement de nombreuses planètes biotiques plus proches d’eux », explique le physicien dans son article préimprimé.

Les mondes biotiques sont plus courants que les mondes technologiques

Une solution possible au paradoxe de Fermi est que d’autres civilisations n’auront pas assez de ressources ou ne survivront pas assez longtemps pour coloniser ou explorer d’autres systèmes planétaires. D’après notre propre expérience, avec des ressources limitées, une civilisation extraterrestre ciblerait d’abord les planètes les plus intéressantes de leur voisinage galactique.

Etant donné que les planètes abritant la vie sont relativement répandues, certaines d’entre elles, comme la Terre, se distinguent par leur technosignature. Wandel explique que l’intelligence et les technosignatures peuvent être beaucoup plus rares que les signatures biotiques, notamment en raison de l’argument du timing : les planètes peuvent rester biotiques pendant des milliards d’années et présenter des biosignatures pendant de longues périodes, tandis que les civilisations avec des technosignatures peuvent exister beaucoup plus longtemps. période plus courte.

Les signaux radio « intelligents » de la Terre ont commencé à se propager dans l’espace il y a moins d’un siècle, selon l’astrophysicien, avec les premières transmissions radio à ondes courtes et l’utilisation du radar dans les années 1930 ; mais ces signaux, qui constituent la « radiosphère », n’ont probablement pas encore parcouru cent années-lumière. Sans compter que ces signaux n’ont pas été envoyés dans l’espace intentionnellement et donc pas de première qualité…

La technosignature de la Terre n’aurait peut-être pas encore atteint d’autres civilisations si elles n’étaient pas assez proches de nous. Cependant, la probabilité qu’une civilisation extraterrestre soit suffisamment proche (environ 50 années-lumière au plus) pour détecter des signaux de la Terre et donc envoyer des sondes ou des messages qui pourraient nous atteindre est « extrêmement faible » selon les calculs de Wandel, à moins que des civilisations technologiquement avancées ne soient extrêmement nombreux (de l’ordre de 108 ou plus dans la galaxie).

L’« époque de contact » est de l’ordre de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’années.

Les calculs montrent que pour un nombre de civilisations inférieur ou égal à 10 000, la probabilité de trouver une civilisation capable de détecter la radiosphère terrestre est inférieure ou égale à 10-5 (soit 0,00001) !

Probabilité (log p) de trouver une civilisation à une distance a (axe supérieur) à partir de laquelle une sonde de vitesse v/c (axe inférieur) pourrait atteindre la Terre 100 ans après les premières transmissions depuis la Terre. Les courbes pleines font référence à N = 100 (courbe inférieure) et N = 10 000 (courbe supérieure) civilisations, qui sont considérées comme uniformément dispersées dans la galaxie. Les courbes en pointillés se réfèrent aux civilisations N=106 (courbe inférieure) et N=108 (courbe supérieure). © A.Vandel

À mesure que la radiosphère se dilate avec le temps, la probabilité de contact augmente également. L’époque de contact est définie comme le temps (depuis le début des transmissions radio) où la probabilité de contact devient égale à un. À ce stade, les sondes physiques (ou messages) des extraterrestres deviennent plus probables.

Mais si les civilisations ne sont pas très nombreuses, l’époque de contact est de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’années ! Et cela est vrai à la fois pour les sondes physiques (et les éventuelles visites extraterrestres directes) et les transmissions (qui sont au cœur du programme SETI). Ainsi, cela peut expliquer le manque de détection des signaux SETI, dont les premiers projets ont été lancés dans les années 1960.

Wandel souligne que le manque de signaux pourrait également s’expliquer par le fait qu’une civilisation extraterrestre pourrait ne pas être en mesure de communiquer, ou que des signaux visant la Terre auraient pu être envoyés alors que nous ne les écoutions pas. Mais il reste persuadé que nous ne sommes pas prêts à détecter le moindre signal extraterrestre. « Il est peu probable que les civilisations puissent communiquer entre elles à moins que leur durée de vie communicative ne soit d’au moins quelques milliers d’années », conclut-il.

Amri Wandel, arXiv.