Un film comique et étrange qui explore les personnages de Jeanne, une entrepreneure déprimée, et de Jean, un homme étrange rencontré à l’aéroport. Le récit se déroule en suivant leurs aventures en français, notamment à Lisbonne.

Le film, appelé Tout le monde aime Jeanne, est le premier long métrage de la réalisatrice et illustratrice parisienne Céline Devaux, dont les courts métrages primés ont été présentés à Cannes et à Venise. Il présente une étude de caractère comique et salée, bien que légère en apparence, mais lourdement basée sur une certaine excentricité, et indéniablement intrigante.

Jeanne est une entrepreneure qui a sombré dans une dépression suite au décès de sa mère et à l’effondrement récent et bizarre de son entreprise. Elle est hantée par une voix intérieure représentée par les propres dessins de Devaux d’un fantôme de dessin animé dans sa tête, qui la critique sans cesse. Un dispositif sous-marin pour aspirer les microplastiques, dans lequel Jeanne a investi toutes ses économies, s’est détaché et Jeanne s’est retrouvée humiliée en direct à la télévision alors qu’elle plongeait désespérément, habillée de ses vêtements, dans la mer dans une tentative vouée à l’échec pour le sauver. Le rôle de Jeanne est interprété par Blanche Gardin – qui était la productrice de Léa Seydoux et sa meilleure amie dans la satire médiatique de Bruno Dumont intitulée France –, et elle apporte une sorte de lassitude encore récupérable au personnage.

Jeanne peut maintenant sortir de la faillite en vendant l’appartement lisboète de sa mère décédée, un endroit rempli de souvenirs douloureux. Cependant, lors de son voyage au Portugal, elle doit faire face à son ex-petit ami un peu louche, Vitor. À l’aéroport, elle rencontre un homme très étrange appelé Jean – apparemment un ancien camarade de classe – qui lui dit des choses audacieuses, étranges, mais étrangement séduisantes.

À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’une comédie extrêmement ironique sur une connaissance effrayante de l’époque de l’école, voire d’un thriller psychologique dans le style du film d’Harry, un ami qui vous veut du bien de Dominik Moll. Mais de manière non filtrée et non protégée, Jean se livre sur des problèmes de santé mentale qui semblent loin d’être résolus (il vole en fait une moto au cours de l’action sans s’attirer d’ennuis, une scène transgressive intéressante).

Le film se déploie ensuite avec des scènes d’action divertissantes mettant en scène Jean, Vitor et le frère sympathique de Jeanne, Simon. Le film utilise également des enfants – le fils de Simon et la nièce de Jean – avec beaucoup de charme, et les vulnérabilités de Jeanne sont dépeintes avec tendresse.

Points importants de l’article :

  • Céline Devaux, réalisatrice parisienne, sort son premier long métrage.
  • Le film est une étude de caractères comique et salée.
  • Jeanne, une entrepreneure déprimée, doit vendre l’appartement de sa mère à Lisbonne.
  • Elle rencontre un homme étrange appelé Jean à l’aéroport.
  • Le film explore des problèmes de santé mentale.
  • Des scènes divertissantes impliquent Jean, Vitor et le frère de Jeanne.
  • Le film utilise des enfants avec charme.
  • La sortie du film est prévue le 27 juillet sur Mubi.