Un cinéma pour la paix? Un rêve brisé

Il y a exactement 100 ans, le réalisateur DW Griffith écrivait dans un article du magazine Collier en 1924: « En l’an 2024, la chose la plus importante que le cinéma aura aidé à accomplir sera l’élimination de tout conflit armé du monde civilisé. » Il ajouta : « Les images seront le facteur le plus puissant pour instaurer cette condition. Avec l’utilisation du langage universel des films, le véritable sens de la fraternité humaine aura été établi partout sur Terre. »

DW Griffith
Un pacifiste improbable… DW Griffith (au centre)

Malheureusement, la prédiction de Griffith ne s’est pas réalisée, comme le prouvent les violences à Gaza, en Ukraine, au Soudan et ailleurs. Le cinéma a prospéré, mais son rôle en tant qu’ambassadeur de la paix doit être amélioré. En effet, il a souvent été utilisé par les gouvernements pour justifier des actions militaires, que ce soit à travers l’allégorie ou la propagande ouverte.

  • La prédiction du rôle du cinéma dans l’élimination des conflits armés n’a pas été réalisée
  • Le cinéma a été utilisé à des fins de propagande par les gouvernements
  • Le cinéma a joué un rôle dans des mouvements de lutte contre la colonisation
  • Charlie Chaplin a contribué à la promotion de la paix à travers le cinéma
  • Le cinéma peut inspirer la résistance, mais n’effacera pas les conflits armés
Frank Capra being decorated in 1943 by Lt Gen Jacob L Devers, commander of US forces in Europe.
Frank Capra décoré en 1943 par le lieutenant-général Jacob L. Devers, commandant des forces américaines en Europe.

Les films ont été un outil majeur dans la lutte anticoloniale à travers l’Afrique et l’Amérique du Sud. Certains films se sont concentrés sur les effets émotionnels et économiques de la colonisation sur un pays, tandis que d’autres appelaient à l’action. Le mouvement cinématographique anticapitaliste d’Amérique latine, connu sous le nom de Tiers Cinéma, a bien compris l’utilisation des films par les puissances coloniales pour renforcer leur pouvoir. Il était donc naturel qu’un cinéma contre-révolutionnaire soit créé en réponse.

The Battle of Algiers.
Manuel d’entraînement… La Bataille d’Alger

Mais certains films ont appelé ouvertement à la coopération et à la paix. L’appel le plus célèbre pour une compréhension fraternelle au cinéma vient probablement de Charlie Chaplin à la fin de The Great Dictator, sorti en 1940. Chaplin y tient le rôle d’un barbier juif confondu avec Adenoid Hynkel, une parodie flagrante de Hitler. Dans le film, le barbier donne un discours public déguisé en Hynkel, mais profite de l’occasion pour prêcher en faveur de la compréhension plutôt que du conflit.

Charlie Chaplin in The Great Dictator.
« Vous avez l’amour de l’humanité dans vos cœurs! »… Charlie Chaplin dans The Great Dictator

Le discours de Chaplin n’est pas un plaidoyer pour le pacifisme, mais un appel à l’unité contre la dictature. Ses sentiments sont les mêmes que ceux de Capra dans Why We Fight et peuvent encore arracher une larme à un œil cynique de nos jours.

Malheureusement, le monde d’aujourd’hui est loin de celui prédit en 1924. Des milliers de personnes meurent encore dans des conflits armés partout dans le monde. Le cinéma est toujours utilisé au service des oppresseurs et des occupants. Un film ne changera jamais l’avis d’un despote, mais il peut inspirer les citoyens d’un pays à résister.