La Voie de l'eau est un film étonnant qui fait des choix bizarres - 1

Plus de dix ans après la sortie du film révolutionnaire de James Cameron Avatarla suite tant attendue est enfin arrivée. Avatar : La Voie de l’Eau est un film épique de l’un des plus grands cinéastes du monde… mais a-t-il été à la hauteur du premier ? Cameron a-t-il réussi à capturer l’éclair dans une bouteille pour la deuxième fois avec son film Avatar ? Avatar suite ?

Nous ne connaîtrons pas vraiment la réponse à cette question avant d’avoir une meilleure idée de l’impact global du film, mais je l’ai vu, et je suis prêt à dire oui… et non. Avatar : La voie de l’eau est un film incroyable ; il n’est pas exagéré de dire qu’il n’y en a littéralement aucun autre qui lui ressemble. Mais il a également fait des choix qui ont été quelque peu déroutants pour l’héritage et les thèmes du film original.

Ce sera un SPOILER FREE Cette critique discute du film sans révéler aucun de ses nombreux rebondissements.

La Voie de l'eau est un film étonnant qui fait des choix bizarres - 3

(G-D) : Lo’ak et un tulkun dans le film AVATAR : LE CHEMIN DE L’EAU des 20th Century Studios. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de 20th Century Studios. © 2022 20th Century Studios. Tous droits réservés.

Avatar : La Voie de l’Eau critique sans spoiler

La majeure partie de Avatar : La Voie de l’Eau se déroule plus de dix ans après le film original et se concentre sur Jake (Sam Worthington), Neytiri (Zoe Saldaña) et leurs nombreux enfants. Il y a Neteyam (Jamie Flatters), le fils aîné consciencieux de la famille ; Lo’ak (Britain Dalton), le frère cadet qui se met toujours dans le pétrin ; Kiri, une fille adolescente jouée par Sigourney Weaver qui a un lien avec le film original de l’acteur Avatar Grace Augustine ; Spider (Jack Champion), un humain au passé compliqué qui est devenu inséparable des enfants Sully ; et Tuk (Trinity Jo-Li Bliss), le plus jeune de la bande qui apporte une touche d’humour et d’émerveillement dans l’équation.

Si cela vous semble beaucoup, ne vous inquiétez pas ; La voie de l’eau fait un excellent travail d’acclimatation des spectateurs et explique les histoires des différents enfants. Il n’est jamais difficile de savoir qui est qui dans cette distribution d’ensemble, ce qui est impressionnant compte tenu du nombre de personnages que le film suit.

Bien plus que le premier Avatar, la suite est un film d’ensemble. Jake Sully et Neytiri ne sont plus les personnages principaux, mais un élément parmi d’autres dans le film. En fait, j’irais même jusqu’à dire que j’ai trouvé que Jake et Neytiri étaient quelque peu sous-utilisés, réagissant souvent simplement à une chose ou une autre qui arrive à leurs enfants plutôt que d’avoir des arcs profondément développés qui leur sont propres. La voie de l’eau porte sur leur famille, et sur la façon dont cette famille évolue lorsqu’elle est poussée à l’extrême. C’est une idée puissante et bien exécutée, mais j’aurais souhaité une histoire plus détaillée pour les personnages principaux du premier film.

Les enfants de Jake et Neytiri ont cependant beaucoup de choses intéressantes dans ce film, en particulier Lo’ak et Kiri. La lutte de Lo’ak pour se forger sa propre voie tout en faisant face à la désapprobation constante de son père est un moment fort, et la performance de Dalton place son personnage aux côtés de Jake et Neytiri comme l’un des plus mémorables de la franchise. Kiri a également eu un arc fascinant, même si le fait qu’elle soit une adolescente jouée par une femme de 70 ans n’a jamais cessé d’être un peu étrange. Le jeu de Weaver est excellent, mais il est impossible de contourner le fait que sa voix semble plus âgée de plusieurs décennies que celle des autres adolescents qu’elle côtoie. Malgré le fait qu’elle ait bien joué le rôle, cela n’a jamais cessé de me faire trébucher.

De manière quelque peu surprenante, le MVP en sommeil du film pour moi était le Colonel Quaritch (Stephen Lang). Quaritch était le méchant du premier Avatar et a trouvé la mort aux mains de Neytiri. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, il est de retour dans Avatar : La Voie de l’Eau…bien que très différent. Nous ne parlerons pas des détails ici pour éviter les spoilers, mais il suffit de dire que Quaritch avait le matériel le plus intéressant du film, et que Lang a fait un travail remarquable avec lui. Les nouveaux venus comme le chef du clan de la mer Tonowari (Cliff Curtis), sa partenaire et mystique du clan Ronal (Kate Winslet), et leur fille Tsireya (Bailey Bass) se sont également distingués.

La Voie de l'eau est un film étonnant qui fait des choix bizarres - 5

(G-D) : Ronal, Tonowari, et le clan Metkayina dans AVATAR : LE CHEMIN DE L’EAU des 20th Century Studios. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de 20th Century Studios. © 2022 20th Century Studios. Tous droits réservés.

Allez voir Avatar 2 pour le voyage visuel de tout cela

Mais soyons réalistes, la plus grande attraction pour Avatar : La Voie de l’Eau est la promesse qu’il nous ramènera sur la lune extraterrestre de Pandora, entraînant les spectateurs dans un voyage visuellement stimulant et immersif. À cet égard, plus que tout autre, La voie de l’eau livre et livre fort. On a beaucoup parlé des graphismes du film, et de la façon dont James Cameron et son équipe créative ont littéralement inventé une nouvelle technologie pour que la grande quantité de scènes sous-marines se posent comme ils le voulaient.

Il ne s’agit pas d’un simple battage publicitaire : La voie de l’eau est un film absolument magnifique, surtout en ce qui concerne ses photographies sous-marines et la vie marine de Pandora. Des baleines de l’espace appelées tulkun aux divers habitants des récifs coralliens de Pandora, le film est à couper le souffle. Le spectacle pur et simple qu’est Avatar : La voie de l’eau ne peut être sous-estimé ; c’est vraiment ce qui le distingue de tant d’autres films.

Cela nous amène à une question que vous vous posez peut-être : devez-vous voir Avatar : La Voie de l’Eau en 3D pour profiter pleinement de l’expérience ? Les effets 3D étaient une partie cruciale de l’original Avatar; à ce jour, il reste l’un des rares films à avoir réellement repoussé les limites de la visualisation en 3D. La voie de l’eau perpétue cette tradition. Le film est d’une qualité époustouflante en 3D, et il est clair que ces effets ont été développés avec un soin minutieux pour ajouter plus de profondeur et de fidélité visuelles. Si vous pouvez le voir en 3D, je vous le recommande, car le plaisir des yeux est une partie importante du film. Avatar l’expérience.

Cela dit, la 3D n’a pas donné l’impression tout à fait aussi essentiel dans La voie de l’eau comme il le fait dans le film original. Elle apporte beaucoup, c’est certain, mais ne semble pas aussi révolutionnaire ou prononcée en dehors de quelques scènes spécifiques. Peut-être est-ce parce qu’il ne s’agit plus d’une nouvelle technologie et que les spectateurs sont plus habitués à la 3D de nos jours, ou peut-être est-ce simplement parce qu’elle était moins présente dans le film original. La Voie de l’eau que l’original de 2009. La 3D et les performances étendues de capture de mouvement étaient la marque de fabrique de l’original, et bien que La voie de l’eau en a évidemment encore à la pelle, sa marque sera sans aucun doute sa cinématographie sous-marine. C’est tout simplement une bête différente à cet égard.

La Voie de l'eau est un film étonnant qui fait des choix bizarres - 7

Jake Sully dans AVATAR : LE VOYAGE DE L’EAU de 20th Century Studios. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de 20th Century Studios. ©2022 20th Century Studios. Tous droits réservés.

Avatar 2 s’appuie sur la franchise mais lui est aussi redevable

Dans l’ensemble, Avatar : La Voie de l’Eau est un film merveilleux et puissant, que je recommanderais volontiers à tout fan de science-fiction ou de fantasy. Cela dit, l’histoire de ce film n’est pas aussi bien ficelée que celle du premier film, et on a l’impression que les personnages font parfois des choses pour le plaisir de nous faire passer d’un point A à un point B. La partie centrale, en particulier, commence à sembler un peu floue, bien qu’elle ne manque jamais d’être un régal pour les sens.

Thématiquement, Le chemin de l’eau est une suite quelque peu étrange de l’original. Alors que Avatar avait des idées bien arrêtées sur l’environnementalisme, La voie de l’eau est beaucoup plus axé sur l’unité familiale de Sully et sur l’exploration de ce que signifie être une famille. Il y a encore beaucoup de choses sur l’environnement, mais cela ressemble plus à une intrigue secondaire qu’à l’idée centrale du film. À certains moments, les actions de Jake sont tellement égoïstes qu’il est difficile de les concilier avec les idées plus larges du premier film et la façon dont la vie sur Pandora est censée être interconnectée. En soi, l’hyper-focalisation sur la famille est merveilleuse, mais en tant que suite de Avatar C’est assez étrange. Tout véritable débat sur ce que signifie le fait que les humains essaient encore de se tailler une place sur Pandora est mis de côté au profit de l’exploration du dernier drame familial de Sully.

Au-delà de la dissonance thématique, le plus gros problème que j’ai eu avec La voie de l’eau est qu’il donne l’impression d’être un film qui est très lié au service de suites potentielles. Avatar 2 et 3 ont été filmés en même temps ; ainsi, il y a d’importants fils conducteurs introduits en La Voie de l’eau qui sont laissés totalement en suspens. Ce ne serait pas nécessairement un problème – les films prévoient des suites tout le temps – mais La voie de l’eau laisse certains éléments si éloignés qu’ils se sentent incomplets dans ce film. Le premier Avatar était plus court d’une demi-heure que La voie de l’eaumais raconte une histoire beaucoup plus complète à la fin. Il est très clair que Disney et Cameron lancent ici une franchise plus large, et cela ne semble pas toujours être à l’avantage de ce film en particulier.

Verdict

En fin de compte, il est facile de pardonner Avatar : La Voie de l’Eau Les défauts d’Avatar : Le chemin de l’eau sont à la mesure de la qualité remarquable de ce film. Il y a certainement des choses à pinailler, mais dans l’ensemble, c’est le genre de film qui ne se présente tout simplement pas très souvent. Dans notre paysage cinématographique actuel, un film de super-héros ou un film indie chouchou peut sembler, sinon remplaçable, du moins comparable à d’autres. Pourtant, si La Voie de l’eau a peut-être des défauts, mais sa présentation est tellement unique qu’il est impossible de ne pas se sentir impressionné par l’accomplissement pur et simple de la chose. Il vous emmène en voyage, et ce voyage est étrange, merveilleux et extrêmement sincère. C’est un film qui vaut vraiment la peine d’être vu en salle, sur le plus grand écran que vous puissiez trouver.

Note du film : A-

Pour rester au courant de tout ce qui concerne la fantasy, la science-fiction et WiC, suivez notre page Facebook et inscrivez-vous à notre newsletter exclusive.

Obtenez HBO, Starz, Showtime et PLUS encore GRATUITEMENT avec un essai gratuit de 7 jours sans risque d’Amazon Channels.