Le variant COVID-19 BQ1.1 va provoquer une nouvelle vague cet hiver ? - 1

Alors que la huitième vague de Covid-19 a atteint son apogée, la suivante est sans doute déjà en préparation. Depuis plusieurs semaines, les scientifiques observent avec anxiété l’apparition de nombreux descendants de la famille Omicron, apparus dans le monde entier à peu près au même moment. Dans cette « soupe » de centaines de sous-options, certaines commencent à se démarquer. En particulier, BQ1 et BQ1.1 sont déjà distribués en Europe et en Amérique du Nord.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a publié un résumé des données les plus récentes le 21 octobre. Ils montrent que cette sous-variante représente déjà 19 % des tests séquencés en France, 11 % aux États-Unis, 9 % en Belgique et en Suisse et 8 % au Royaume-Uni. « Cette information remonte au 9 octobre, donc maintenant sa proportion est sans doute encore plus grande », a déclaré le professeur Mahmoud Zureik, épidémiologiste à l’université de Versailles Saint-Quentin.

Parce que BQ1.1 progresse rapidement. Selon le Groupe d’épidémiologie et de modélisation de l’évolution des maladies infectieuses de l’Université de Montpellier, cette option offrirait un avantage de croissance de 145 % par rapport aux autres lignées en circulation. Cependant, pour le moment, les experts doutent que BQ1.1 ait déjà affecté l’évolution du nombre de cas. La huitième vague est en effet pilotée par BA.5, tout comme la précédente. « Nous approchons d’une sorte de plateau. Mais les plateaux peuvent cacher des changements importants à mesure qu’une variante diminue et qu’une autre augmente », explique T. Ryan Gregory, biologiste de l’évolution à l’Université de Guelph au Canada.

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Pour que l’impact d’un nouveau variant sur le nombre de cas devienne perceptible, il faut qu’il soit impliqué dans au moins 50 % des infections. Le seuil que BQ1.1 « pourrait atteindre dans les semaines ou mois à venir, en fonction de son poids actuel dans les infections dans les différents pays concernés », précisent les experts de l’ECDC. Quant à la France, l’épidémiologiste Mircea Sofonea, membre du groupe de modélisation de l’université de Montpellier, estime que BQ1.1 devrait remplacer les lignées ancestrales BA.5 courant novembre : « Les célébrations de la Toussaint auront l’occasion de retarder, mais pas prévenir, la reprise de l’épidémie. Depuis le début de l’épidémie, la dynamique associée à l’émergence d’un nouveau variant a toujours été la même », explique le scientifique.

« Nous devons attendre encore une semaine ou deux »

Mais l’incertitude reste encore importante, a pour sa part souligné le virologue Bruno Lina lors d’une conférence de presse pour les nouveaux Covars (Comité de surveillance et de prévision des risques sanitaires) : « Cette fois, la variante BQ1.1 est une descendante directe de BA. 5, et les différences entre eux sont moins importantes que les différences entre Delta et Omicron. Il n’y aura de rebond que si BQ1.1 présente de réels avantages par rapport à BA.5, notamment en GMP. Nous devons attendre encore une à deux semaines pour voir ce qui se passe.

Jusqu’à présent, une étude de laboratoire chinois a montré que BQ1.1 a une capacité significative à éluder la réponse immunitaire : ce qui signifie que les anticorps produits après la vaccination ou des infections antérieures sont moins efficaces pour nous protéger contre l’infection par cette variante. « Cependant, il s’agit de données très préliminaires qui doivent être confirmées par d’autres publications », souligne le professeur Mahmoud Zureik. En fait, ce premier travail a été fait avec des sérums de patients vaccinés trois fois avec un produit chinois (Koronavik) et non avec des vaccins à ARN messager comme ceux utilisés en Europe ou en Amérique du Nord.

Mais l’étude des mutations présentes dans cette sous-variante laisse encore peu de doute sur le fait qu’elle représente un biais immunitaire. En revanche, les scientifiques ne savent pas encore quelles en seront les conséquences, et aussi s’il a une transmissibilité accrue par rapport au BA5. « Habituellement, ce sont les données que les équipes britanniques nous donnent, car ce pays a une merveilleuse capacité à surveiller et à analyser le virus en temps réel, bien meilleure que la nôtre. Mais cette fois, la France devance les autres pays européens dans la propagation de ce virus. Donc, nous manquons de visibilité », regrette Mircea Sofonya. Mais même s’il s’avère que BA.5 est bel et bien capable de provoquer un nouveau rebond de l’épidémie, cet expert ne s’attend pas à ce qu’il soit plus massif que les précédents : « On reste dans la famille Omicron, donc il n’y a pas d’immunité de la population ». révision, contrairement à ce que nous avons vu à la fin de l’année dernière lorsque Omicron a remplacé Delta et a provoqué une vague très importante », dit-il.

Les scientifiques veulent également être sûrs des symptômes que BQ1.1 peut provoquer. « Il conserve les caractéristiques d’Omicron avec un tropisme pour les voies respiratoires supérieures et moins de formes sévères que les versions précédentes », souligne Bruno Lina. Cependant, la situation actuelle est loin d’être satisfaisante. Même si le taux d’infection est plus faible qu’au début de l’année, nous sommes encore dans la quatrième vague cette année, le nombre de décès liés au Covid restant très élevé à environ 80 par an. de Kovar.

« Tous les détails se mettent en place pour compliquer l’hiver »

Ainsi, la lenteur de la campagne de rappel reste un sujet de préoccupation. « Nous avons 15 à 20 millions de personnes infirmes à revacciner, et nous ne faisons que 30 000 injections par jour, et plus le nombre de personnes sous-protégées augmente », explique Mahmurd Zureik. « Entre la baisse de l’immunité des populations, la saison hivernale et la levée des mesures barrières, il y a tout ce qu’il faut pour rendre l’hiver difficile », ajoute T. Ryan Gregory.

Cependant, des nouvelles assez encourageantes sont arrivées d’Asie ces derniers jours. Là, une sous-variante de XBB, descendante de BA.2, dérangeait. Ayant vraisemblablement également une très bonne capacité à échapper à l’immunité, il a provoqué une nouvelle augmentation de l’infection à Singapour. Mais, finalement, il a atteint son apogée – plus rapidement que prévu par les observateurs. « Beaucoup s’attendaient à une vague plus importante que celle provoquée par BA.5, mais le fort recours aux mesures non médicamenteuses (gestes barrières, ndlr) et un bon niveau de vaccin de rappel ont certainement contribué à en limiter l’ampleur », a tweeté Eric Topol. , un scientifique américain populaire.

Cependant, l’apparition de tant de sous-variantes presque simultanément à différents endroits de la planète peut encore nous réserver quelques surprises à l’avenir. « Pour le moment, ils circulent dans des zones géographiques complètement différentes, mais ils pourraient bien se répandre plus largement », note T. Ryan Gregory. Quelles seront les conséquences ? « Si on a la cocirculation, c’est-à-dire la circulation de plusieurs variants au même endroit, il sera encore plus difficile de prévoir le développement de l’épidémie, car le danger peut provenir de plusieurs sources génétiques », estime Mircea. Zophoné. Une chose est sûre : nous sommes encore loin de la phase où nous vivrons avec un virus devenu endémique, comme certains le prédisaient il y a quelques mois. L’une des principales caractéristiques de l’endémicité d’un virus est en effet sa prévisibilité. Complètement à l’opposé de la situation d’aujourd’hui.

des avis

Chroniques de Robin Rivaton

Robin Rivaton

Chronique

Départ « nouveau front populaire », prédit Jean-Luc Mélenchon : des milliers de personnes ont pris part, dimanche 16 octobre, à Paris à « la marche contre la vie chère et lGérald Bronner, sociologue et professeur à Sorbonne Université

Chronique de Sébastien Abis

digestion anaérobiqueSebastian Abis, PDG du Club Demeter et chercheur Iris

Chronique de Christoph Donner

Rapper Aurelien Cotentin, aka Orelsan, during the Victoires de la Musique ceremony, February 11, 2022 in Boulogne-Billancourt.Christophe Donner