KOI et Movistar Riders rejoignent MAD Lions dans le cadre du nouvel empire esports OverActive Media - 1

OverActive Media, la société canadienne qui possède les franchises basées à Toronto dans le Surveillance League et CDL ainsi que MAD Lions étendent leur empire esports avec l'acquisition de deux organisations majeures, KOI et Movistar Riders.

L'acquisition prévue verra OAM acquérir « tous les actifs et marques d'esports KOI », ce qui signifie que la société détiendra et exploitera désormais le slot KOI dans le professionnel VCT EMEA. VALORANT ligue. L'équipe de VCT EMEA prendra le nom de Movistar KOI, qui fait allusion à l'histoire FPS des deux marques. La liste des Game Changers prendra le nom de MAD Lions KOI, alors que MAD Lions a concouru sur la scène espagnole du GC en 2023.

Pas du tout déroutant. Image via OverActive Media.

Le Mdr les divisions seront également rebaptisées. L'équipe MAD Lions en LEC ainsi que l'équipe féminine seront rebaptisées MAD Lions KOI, tandis que l'équipe espagnole de Superliga jouera sous le nom de Movistar KOI. KOI avait participé au LEC en 2023 après s'être associé à Infinite Reality, mais ce partenariat a pris fin en novembre, la machine à sous et certains des joueurs débutants revenant à la bannière Rogue.

Le mélange de différentes conventions de dénomination n'est que temporaire : OverActive Media affirme qu'« un effort mondial de rebranding, incluant la contribution des fans et des influenceurs, sera entrepris en 2024 pour unir toutes les équipes du monde sous une seule marque d'ici la fin de l'année ».

Avec cette acquisition, OverActive Media revendique désormais une place dans pratiquement toutes les ligues majeures de premier plan de l'esport : la LEC de MdrCDV pour VALORANTet le Appel du devoir Ligue via le Toronto Ultra. L'entreprise semble toujours intéressée à concurrencer Surveillance esports malgré la disparition imminente de l'OWL, via l'ex-franchisé Toronto Defiant.

OAM s'attend à une augmentation de « 10 à 12 millions de dollars de revenus en 2024 » grâce aux acquisitions et estime qu'elle « atteindra plus de 100 millions de personnes à travers le portefeuille de marques de la société ». L'acquisition nécessite encore l'approbation du conseil d'administration de la société.