La Tour Eiffel fermée pour grève lors du centenaire de la mort de Gustave Eiffel

La Tour Eiffel a été fermée au public ce mercredi après qu’une grève a été déclenchée à l’occasion du centenaire de la mort de Gustave Eiffel, son créateur.

Les touristes déçus qui avaient réservé des billets pour accéder au monument de 134 ans ont été informés de la fermeture et qu’ils seraient contactés par e-mail.

Le puissant syndicat CGT a déclaré que cette grève, qui précède les négociations de contrat avec la mairie, propriétaire de la tour, protestait contre « la manière actuelle dont elle est gérée ».

Les dirigeants syndicaux affirment que la société d’exploitation SETE « court à sa perte » car son modèle économique est « trop ambitieux et insoutenable » et repose sur une estimation trop optimiste des revenus futurs des ventes de billets et une sous-estimation des coûts d’entretien et de réparation en hausse.

La CGT affirme que l’estimation du budget futur de SETE est basée sur une affluence de 7,4 millions de visiteurs chaque année, un chiffre qu’elle n’a jamais atteint auparavant et que le syndicat considère comme irréaliste.

Mercredi, l’esplanade au pied de la tour était toujours ouverte au public. Un spectacle son et lumière, supervisé par un DJ et mettant en vedette des performances artistiques et musicales, prévu pour marquer le centenaire de la mort de Eiffel mercredi soir a été préenregistré et n’a pas été affecté par la grève, a déclaré SETE.

Gustave Eiffel avait 91 ans lorsqu’il est décédé le 27 décembre 1923. Entrepreneur visionnaire et brillant ingénieur, il venait tout juste de terminer la construction d’une structure en fer et en acier pour la Statue de la Liberté à New York avec Eugène Viollet-le-Duc, fameux pour la flèche de la cathédrale Notre-Dame, lorsqu’il a été approché pour créer un symbole du savoir-faire industriel français pour l’Exposition Universelle de 1889.

La tour en fer de 10 100 tonnes qu’il a créée était censée être une structure temporaire à démolir en 1909. Certains, dont les écrivains Guy de Maupassant et Alexandre Dumas le jeune, attendaient avec impatience sa démolition, la décrivant comme « inutile et monstrueuse » et une offense au « goût français » même avant que les fondations ne soient posées.

Les autorités de la ville ont décidé de sauver ce qui est devenu la Dame de Fer après avoir réalisé que la tour, alors le plus haut bâtiment du monde, pourrait être utilisée comme radiotélégraphe et station météorologique. Elle est depuis devenue le symbole le plus célèbre de la capitale française, s’élevant à 312 mètres au-dessus de la ville.

Le dernier étage de la tour devrait fermer le mois prochain pour une rénovation annuelle de plusieurs semaines.