Les migrants disparus en traversant la Manche : les enquêtes bâclées et les familles toujours sans réponse

Quatre amis se sont retrouvés sur une plage près de Dunkerque le soir du 14 décembre l’année dernière. À minuit, ils étaient tous ensemble dans un bateau qui coulait dans la Manche, en compagnie de 66 autres passagers. L’un des amis est mort cette nuit-là, mais le sort des deux autres – Hiva, 26 ans, et Nima, 24 ans – n’a jamais été confirmé. Originaires d’Iran, les deux hommes avaient fui un régime de plus en plus autoritaire pour demander l’asile au Royaume-Uni.

  • Les amis survivants, Jamal et Rojman, racontent l’accident.
  • Les autorités françaises s’intéressent davantage aux passeurs qu’aux migrants disparus.
  • ‘Une vaste tragédie humanitaire’, selon Florian von König.
  • Les familles laissées sans réponse des victimes disparues.
  • Un deuxième naufrage sans issue pour deux autres migrants.

Alors que les autres disparitions de migrants suite à des naufrages dans la Manche sont souvent négligées, la Croix-Rouge internationale souligne qu’il s’agit d’une véritable tragédie humanitaire. Les familles des disparus restent sans réponse, incapable de faire leur deuil. En effet, sans preuve du décès d’un être cher, l’accès aux comptes en banque, aux biens et à la garde des enfants peut être impossible.

Ces histoires sont souvent traitées d’un point de vue sécuritaire, au détriment de l’humanité des personnes concernées. Les autorités britanniques ont même refusé d’enquêter sur un naufrage, estimant qu’il ne relevait pas de leur compétence car il s’était produit dans les eaux françaises. L’enquête française, menée par une unité de lutte contre le trafic de drogue et d’êtres humains à Paris, n’est pas encore terminée.

Les familles continuent d’attendre des nouvelles de leurs proches disparus, pris dans des drames migrants qui se multiplient sans fin. La justice et l’humanité semblent trop souvent absentes dans ces tragédies qui se répètent inexorablement, alors que les victimes disparaissent, sans jamais revenir.