Eurostar modifie sa politique sur les fauteuils roulants après une campagne de l'Observer - 1

Eurostar a fait marche arrière sur une nouvelle politique d’accessibilité qui a laissé une personne en fauteuil roulant en rade et a requalifié son personnel de Londres suite à la pression de l’Observer.

Les voyageurs en situation de handicap ont affirmé qu’ils seraient exclus des services d’Eurostar après que la compagnie ait interdit à son personnel de Londres de pousser les fauteuils roulants des passagers. Ceux qui ont besoin d’aide ont été informés qu’ils devaient voyager avec un accompagnant ou annuler leur billet s’ils ne pouvaient pas accéder aux services de manière autonome, selon des passagers qui ont contacté l’Observer.

L’étudiant acteur Cédric Alvarez s’est retrouvé bloqué à son arrivée à Londres St Pancras après que le personnel de la gare lui ait dit qu’ils n’étaient plus autorisés à pousser son fauteuil. Il avait demandé une assistance spéciale pour le voyage depuis Paris et sa confirmation de réservation indiquait qu’il serait poussé jusqu’au train et depuis le train dans les deux gares.

  • La politique d’accessibilité d’Eurostar a été modifiée suite à la pression de l’Observer
  • Les passagers en fauteuil roulant pourront désormais être aidés dans leur propre fauteuil
  • Plus de 60 membres du personnel ont déjà été formés et cette formation sera renouvelée tous les 12 mois

Il a rencontré le même problème lors de son voyage de retour. « C’était la première fois que je voyageais de manière autonome et j’étais tellement excité, seulement pour qu’Eurostar me dise que j’aurais dû prendre un accompagnant. J’étais venu à Londres pour voir une pièce de théâtre, écrite et interprétée par des acteurs handicapés, qui montrait que le handicap ne doit pas être un obstacle à une carrière réussie, mais Eurostar pense différemment. »

Eurostar emploie des agences spécialisées agréées pour fournir une assistance aux passagers sur le continent, mais a internalisé ce service à Londres. La compagnie a initialement déclaré à l’Observer qu’elle ne pouvait pas former son personnel à pousser les fauteuils des passagers pour des raisons de santé et de sécurité, mais que les voyageurs ayant besoin d’aide peuvent se transférer dans un fauteuil de la gare. Elle a insisté sur le fait que ceux qui ne peuvent pas se transférer peuvent acheter un billet à prix réduit pour un accompagnant et s’est excusée pour la mauvaise communication.

Les exigences n’étaient pas mentionnées dans la confirmation de réservation de l’assistance spéciale ni dans sa politique d’accessibilité, qui n’a été mise à jour qu’après que l’Observer l’ait signalé à l’organisme de réglementation, l’Office of Rail and Road.

Eurostar a maintenant accepté de révoquer la politique et de former son personnel après que l’Observer ait soulevé le cas d’autres passagers incapables de voyager en raison des règles.