Les élections au parlement européen depuis 1979 sont en cours et divers partis politiques européens ont commencé leur campagne électorale. En France, Marine Le Pen et le président de son parti Rassemblement, Jordan Bardella, ont annoncé leur intention de remettre en cause le pacte vert de l’Union européenne et de récupérer certains pouvoirs de Bruxelles, y compris le droit d’imposer des lois anti-migrants strictes.

  • En France, les sondages prédisent que le Rassemblement pourrait obtenir un record de 30% des voix, infligeant une défaite humiliante au Président Emmanuel Macron.
  • Les partis nationalistes eurosceptiques pourraient se retrouver en tête des sondages dans neuf pays de l’Union européenne, y compris l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas, et arriver en deuxième ou troisième position dans neuf autres, dont l’Allemagne.

Les élections européennes ne doivent pas être sous-estimées par rapport aux élections nationales, car elles ont un impact significatif sur la politique de l’Union européenne. La présence d’un courant politique radical de droite pourrait remettre en question des objectifs environnementaux cruciaux, les droits des migrants et les projets d’élargissement de l’UE. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, est déjà préoccupée par l’opposition grandissante et les revirements politiques.

  • Il est essentiel que les partis progressistes défendent une UE plus tolérante et responsable sur la scène mondiale à un moment où l’Europe est confrontée à des problèmes économiques et politiques.
  • Un nouvel ordre économique est nécessaire pour répondre aux incertitudes et aux inquiétudes croissantes des citoyens. Des investissements adéquats devraient être encouragés pour soutenir la transition écologique et sociale en Europe.
  • Cette vague populiste menace de déstabiliser l’Union européenne et de compromettre son avenir, d’autant plus que des questions géopolitiques majeures sont en jeu, notamment une possible présidence de Trump. L’Europe se trouve à un tournant décisif.