Comédie sur la crise du quart de vie

Une comédie sur la crise du quart de vie écrite et interprétée par les comiques Clay Tatum et Whitmer Thomas, tous deux issus de YouTube, est arrivée. Deadpan et insignifiant à première vue, elle délivre pourtant un point de satire authentique et inattendu.

Liste des points clés :

  • Clay Tatum et Whitmer Thomas
  • Un partenariat pour une comédie sur la crise du quart de vie
  • Une histoire drôle mais sombre
  • Les défis de la vie à Los Angeles
  • La mort sociale ou professionnelle
  • La sortie du film

La pièce met en scène Tatum dans une version de lui-même : Clay, un jeune homme venu à Los Angeles pour devenir photographe. Après avoir été publié, il peine à payer son loyer et se retrouve impliqué dans une arnaque de sous-location illégale. C’est alors qu’apparait comme un cheveu sur la soupe un vieil acolyte de lycée : Whit (Whitmer Thomas), un bonimenteur acharné qui rêve de percer dans le monde du cinéma. Whit veut passer du temps avec Clay, mais ce dernier n’est pas particulièrement enthousiaste à l’idée de l’avoir comme ami.

Ce qui complique davantage les choses, c’est que Whit est un fantôme. Il est en réalité décédé, et seul Clay peut le voir. Il ne peut pas traverser les murs ou flotter, mais il a le superpouvoir de l’invisibilité, ce qui pousse Clay à contrecoeur à laisser Whit l’accompagner à une partie de poker à enjeux élevés à Los Angeles pour le laisser tricher – mais il ressent une montée de panique en réalisant que son nouvel ami-fantôme veut apparemment passer le reste de ses jours avec lui. Whit affirme ne pas se souvenir du moment de sa mort et n’a pas de souvenir clair de sa dernière existence humaine.

La mort de Whit n’est pas très éloignée de la mort professionnelle ou sociale que tant de personnes viennent endurer à Los Angeles. Clay lui-même prétend être un ami de la superstar Andy Samberg, qui lui aurait vaguement promis du travail de photographe de plateau, un travail qui n’a jamais vu le jour. Le film évoque également la mort de l’amitié que vivent d’anciens camarades de lycée lorsqu’ils se retrouvent à la fin de la vingtaine et réalisent qu’ils n’ont rien en commun – ainsi que la mort artistique ou créative vécue par de jeunes artistes à Los Angeles, créant des comédies YouTube ou des spectacles en solo mais qui ont l’impression que, comme Whit le fantôme, personne ne les entend. C’est un morceau de pessimisme mordant.

The Civil Dead sort le 19 janvier dans les cinémas et sur les plateformes numériques.