**Une comédie d’horreur hilarante met en scène un musicien procrastinateur et passif-agressif**

De Barton Fink à Adaptation, la vie bloquée, mais créative, à Los Angeles fait partie de la mythologie de la ville. Cette comédie d’horreur est une excellente addition à ce canon. Le film met en vedette William Brown, un musicien procrastinateur et passif-agressif, qui donne l’impression que la psychose meurtrière est une explosion de joie. De plus, Alex Winter offre sa meilleure performance depuis Bill & Ted, dans le rôle d’une tête coupée.

William est coincé dans un emploi de technicien du son et passe son temps à finaliser son chef-d’œuvre musical dans son studio à domicile. Sa petite amie, Emily, supporte ses bizarreries, y compris son incapacité pathologique à confronter leur nouveau voisin Vlad à propos des fêtes incessantes qui entravent encore plus son progrès. Lorsqu’il finit enfin par adresser la situation et se retrouve dans une lutte impromptue avec le Slav incorrigible, il est évident que le fait d’empaler accidentellement son voisin sur une barre exposée n’était pas prévu.

Ce « meurtrier en série » frappe à plusieurs reprises, semant des morts accidentelles, encouragé par la tête décapitée de Winter. Réalisé par Josh Forbes, le film joue avec l’idée selon laquelle William pourrait en fait être délirant, mais exploite l’inconfort du protagoniste, semblable à David Byrne, couvert de viscères. Les vidéos YouTube des années 80 du bassiste des légendes du prog, Dawn Dimension, doublent en tant que tutoriels pour se débarrasser d’un cadavre : « Alors, tu as merdé et tu as tué quelqu’un! Détends-toi. Quand le groupe partira en tournée, ça arrivera. »

Les effets spéciaux sont également délicieusement répugnants : Forbes a dû ravir un artiste des effets spéciaux le jour où il a commandé un visage humain écrasé par la roue d’une camionnette. Cependant, avec 85 minutes, Destroy All Neighbors devient un peu indulgent, et l’intrigue, alors que William retrouve son inspiration créative en compagnie de son ensemble macabre nouvellement acquis, est sans importance. Mais c’est tout de même une joyeuse explosion de folie lo-fi.

**Points importants du film :**
– Comédie d’horreur mettant en vedette un musicien procrastinateur et passif-agressif
– S’inscrit dans le canon des artistes bloqués de Los Angeles
– Alex Winter offre une performance mémorable
– Scènes hilarantes et effets spéciaux répugnants

**Destroy All Neighbors** est disponible sur Shudder à partir du 12 janvier.