Uber a payé pour des études qui ont soutenu son modèle commercial et s'oppose à la divulgation des efforts de lobbying actuels - 1

Uber Technologies Inc. aurait payé des universitaires de haut niveau aux États-Unis et en Europe pour produire des rapports qui pourraient être utilisés dans le lobbying de l’entreprise, tout en continuant à lutter pour divulguer plus d’informations sur son lobbying actuel.

Le Guardian a rapporté mardi, sur la base de fichiers divulgués par un ancien dirigeant d’Uber, que la société avait payé des universitaires des centaines de milliers de dollars pour créer et promouvoir des rapports qui justifient le modèle commercial de la société de covoiturage – consistant à utiliser des chauffeurs qu’elle n’emploie pas directement – ​​comme innovant et bénéfique pour la société.

Pour en savoir plus : Dénonciateur d’Uber – L’entreprise « a massé les faits pour gagner la confiance des chauffeurs, des consommateurs et de l’élite politique »

Dans un exemple mentionné par le Guardian, un article de presse de 2016 n’a pas révélé qu’une étude citée était soutenue par Uber et que l’un de ses co-auteurs était un économiste employé par l’entreprise. L’un des co-auteurs de l’étude a été cité comme qualifiant Uber de « changeur de jeu social ».

« Uber a une longue histoire d’achat de recherche qui présente une image rose de son modèle commercial », a déclaré mardi Ken Jacobs, président du Centre de recherche et d’éducation sur le travail de l’UC Berkeley. « C’est déprimant quand des universitaires respectés se laissent utiliser de cette façon. »

Jacobs a noté qu’il n’est donc pas surprenant que des études indépendantes aboutissent à des « conclusions très différentes ». Un exemple : les estimations d’Uber sur les revenus horaires des travailleurs qui utilisent sa plateforme sont généralement plus élevées que celles des autres.

En réponse à la question de MarketWatch quant à savoir si Uber continue de payer des universitaires pour faire des recherches qui sont ensuite utilisées pour le lobbying, un porte-parole de l’entreprise a déclaré : « Dans les rares cas où Uber a contribué financièrement ou que les auteurs sont sous contrat avec Uber, cette information est clairement indiquée. .” Il a également déclaré que les « partenaires de recherche universitaires non rémunérés de la société ont toujours la garantie contractuelle du droit de publier leurs découvertes ».

Les actionnaires ont poussé pour Uber UBER,
+1,79%
pour divulguer plus complètement ses activités de lobbying : les Teamsters ont soumis la question aux investisseurs de l’entreprise au cours des deux dernières années, s’approchant de l’adoption de leur proposition cette année.

Voir: Uber et Lyft font face à la pression des actionnaires pour divulguer combien ils dépensent dans la lutte pour de nouvelles lois sur le travail

La proposition des Teamsters – qui demandait à Uber de divulguer plus d’informations au-delà de ce qu’elle est légalement tenue de fournir, telles que les destinataires et les montants des paiements liés aux efforts de lobbying indirects – a reçu 45 % des votes des actionnaires en mai, contre 31 % des votes obtenus. l’année dernière. Le conseil d’administration d’Uber a rejeté la proposition, affirmant que la société fournit déjà sur son site Web des informations «de pointe» sur ses contributions politiques aux entreprises américaines et ses dépenses indépendantes.

« Si vous n’avez pas de bons faits pour faire pression, vous les créez ; tout cela alimente la même campagne d’influence de plusieurs millions de dollars », a déclaré mardi à MarketWatch Michael Pryce-Jones, analyste principal de la gouvernance pour les Teamsters. « Pour les investisseurs, cela soulève exactement les mêmes préoccupations : combien dépense Uber pour garantir des conditions favorables à son modèle économique et quels risques de réputation sont encourus ? »

L’action Uber a augmenté de 1,8 % à 21,57 $ mardi, après avoir chuté de 5,2 % lundi, à la suite des premiers rapports découlant de la fuite de documents publiés au cours du week-end. L’action Uber a baissé de 48,6 % jusqu’à présent cette année, comme l’indice S&P 500 SPX,
-0,92%
a chuté de 19,9 %.