Récapitulatif des épisodes 1 à 3 d'Andor - Radar des récompenses - 1

*Attention : l’article suivant contient des spoilers pour Andor*

Andor est bon. Très bien. C’est peut-être le meilleur morceau de Guerres des étoiles médias à venir de Lucasfilm depuis la sortie de Le Dernier Jedi, et tout ce qu’ils avaient à faire était de s’éloigner des personnages hérités et de The Skywalker Saga. Les trois premiers épisodes ne montrent aucune référence à l’univers élargi, aucun camée et aucun sabre laser. Certains disent que c’est « très différent de tout ce que Star Wars a fait ». Je ne dirais pas que c’est « très différent ». Pourtant, c’est tellement rafraîchissant avec ce qui est sorti de la franchise ces derniers temps, surtout avec Le livre de Boba Fett et Obi Wan Kenobi être terriblement ennuyeux et trop dépendant de la nostalgie et du service des fans.

Mais la meilleure partie de Andor c’est qu’on n’a pas l’impression Guerres des étoiles. Au lieu de cela, cela ressemble plus à Ridley Scottc’est Coureur de lame. Je suis peut-être la millième personne à le dire maintenant, mais c’est vrai. C’est plus évident lorsque son score entraînant de Nicolas Britel rappelle immédiatement le regretté Vangelis de Coureur de lame. Il parvient à nous aspirer dans son monde vécu plus loin que son histoire au rythme lent car il faut un certain temps pour démarrer.

Certains aspects des trois premiers épisodes ne fonctionnent pas, notamment lors de l’exploration de Cassian Andor (diego lune) passé. Le spectacle commence avec Andor sur Morlana One, à la recherche de sa sœur, mais est arrêté par deux officiers Pre-Mor. Après une altercation, Andor tue accidentellement l’un d’eux et doit tuer l’autre pour s’assurer qu’il ne soit pas recherché. Cependant, l’inspecteur adjoint de Pre-Mor Syril Karn (Kyle Soller) est déterminé à découvrir qui a tué les officiers et peut être de la planète Kenari.

C’est là que la série commence à parler du passé d’Andor à travers des flashbacks décousus parsemés dans l’histoire. On voit que son vrai nom était Kassa, et qu’il a été adopté par Maarva Andor (Fiona Shaw) et Clem Andor (Gary Beadle) après être resté pour explorer un navire écrasé et s’être éloigné de sa tribu. Le principal problème de ses flashbacks est leur mauvaise intégration dans l’histoire. Dès que sa tension commence à monter, le spectacle passe au passé et entrave tout sens du développement du personnage et de l’élan qu’il a dans le présent.

Cela n’aide pas que la plupart des flashbacks n’ajoutent rien à l’histoire parce que nous comprenons tout dans le présent. Quand on voit Maarva pour la première fois, on sait qu’il s’agit de la mère adoptive d’Andor. Nous n’avons pas besoin d’un flashback pour montrer comment ils se sont rencontrés quand Kassa était enfant. C’est aussi clair que le jour et ne développe rien d’intéressant. Il en va de même pour les séquences où l’on voit Kassa à Kenari avec d’autres membres de sa tribu. On a l’impression que le spectacle manque de confiance profonde pour faire comprendre au public d’où vient Andor. Nous connaissons déjà sa personnalité et ce qu’il recherche à travers les événements de Un voyou. Avons-nous besoin de le voir enfant alors que ses actions dans le présent de la série parlent plus que son passé? Probablement pas.

Mais quand Andor s’envole, il s’envole plus que. Ses scènes dans le présent développent de manière complexe des relations intéressantes entre Cassian, Luther Raël (Stellan Skarsgard), fournissez une feuille (Adriana Arjona), et ses antagonistes. Diego Luna est formidable en tant qu’Andor, mais il est intéressant de voir comment son casting de soutien est superbement développé et interprété. Soller est la vedette des trois premiers épisodes en tant que Karn. Des parallèles évidents seront faits entre lui et Reva (Moïse Ingram) dans Obi-Wan Kenobi, qui est très ambitieux et ne reculera devant rien pour vaincre les protagonistes titulaires de la série, défiant même les règles dans certains domaines,

Mais Karn est un personnage bien plus complexe. Comme d’autres protagonistes autour de lui sont plus développés que dans Obi Wan, vous commencez à vous investir dans sa quête de ce qu’il croit être la justice, ce qui conduit de loin à l’un des meilleurs décors d’action que j’ai vus dans tous les médias de Star Wars. Il est non seulement rafraîchissant de ne pas avoir de sabres laser et de tentatives de service de ventilateur, mais nous avons des décors d’action pratiques pour ce qui semble être la première fois depuis longtemps, avec un écran vert minimal et, plus important encore, aucun volume. Guerres des étoiles se sent à nouveau grandiose et épique, et tout ce dont il avait besoin était de revenir aux bases du cinéma traditionnel.

Ils avaient désespérément besoin d’un cinéaste traditionnel comme Tony Gilroy à la barre. Il écrit des scènes de dialogue passionnantes avec des personnages finement développés pour que l’action se déroule à son maximum lorsqu’elle tombe. Directeur Toby Haynes fait un bon travail en établissant le scénario principal de la série au cours de ses trois premiers épisodes et nous donne envie d’en savoir plus. Le seul problème avec les épisodes était qu’ils ressemblaient tous à un pilote divisé en trois parties. Les deux premiers épisodes se terminent à l’endroit le plus abrupt, et cela aurait mieux fonctionné comme une véritable première de deux heures que d’avoir des épisodes se terminant au point le plus aléatoire. Mais c’est ce que c’est. Nous avons encore beaucoup d’épisodes à faire au fur et à mesure que la série prend forme.

Mais même au milieu de ses défauts, Andor est encore très bon. Ses séquences d’action sont incroyables, le score est un pur feu et ses performances d’Adria Arjona, Stellan Skarsgård, Fiona Shaw et Kyle Soller sont toutes stellaires. C’est juste dommage que les flashbacks entravent le rythme de la série, mais cela pourrait changer une fois que l’histoire deviendra plus apparente et que la série tentera de mettre en place Cassian Andor avant les événements de Un voyou.

Les trois premiers épisodes d’Andor sont désormais disponibles en streaming sur Disney+.