Les investisseurs de renom sont de retour en mettant plus de « junk » dans leurs fonds, malgré le carnage des obligations - 1

Les investisseurs de Wall Street spécialisés dans l’achat de formes risquées de dette d’entreprise pour les découper en titres ont ajouté environ 2 milliards de dollars en obligations à haut rendement, ou «obligations de pacotille», à leurs fonds déjà cette année, selon une analyse de BofA Global .

Fonds gérés par Carlyle Group Inc. CG,
+1,36%,
KKR & Co. Inc. KKR,
+0,95 %
et Ares Management Corp. ARES,
+2,97%
– certains des plus grands noms mondiaux endettés – faisaient partie d’un groupe d’investisseurs (voir graphique) que BofA Global a estimé qu’il ajoutait «des dizaines de millions de dollars» en obligations de pacotille à leurs soi-disant «obligations de prêt garanties» (CLO), fonds créés principalement pour investir dans des prêts à effet de levier.

De grands noms endettés ajoutent des obligations de pacotille aux fonds

BofA Global, Index

Comme les obligations de pacotille, les prêts à effet de levier sont apparus au cours des dernières décennies comme un moyen clé pour les entreprises présentant un risque élevé de défaut d’obtenir un financement de Wall Street, y compris pour aider à financer leurs rachats. Ainsi, les cotes « indésirables ».

Après la crise financière mondiale, des règles ont été adoptées pour aider à limiter ce que les CLO peuvent détenir dans le but d’éviter une nouvelle implosion de type CDO dans les banques, mais ont été assouplies en 2020. La plupart peuvent désormais conserver jusqu’à 5 % de leurs avoirs en obligations.

Les CLO fonctionnent essentiellement comme ceci : ce sont des fonds gérés dont la taille peut dépasser 1 milliard de dollars. La plupart du temps, ils détiennent des tranches de prêts à des entreprises de divers secteurs, dans le but de diversifier le risque du fonds. Les investisseurs peuvent acheter des obligations vendues par le fonds avec des notations de crédit allant de AAA (perçu comme une valeur refuge) à BB (un risque de défaut plus élevé).

L’augmentation de l’allocation des fonds de dette aux obligations d’entreprise survient pendant une période difficile pour les investisseurs, avec le S&P 500 SPX,
+1,06%
tomber dans un marché baissier et les obligations ne résistent pas non plus.

Le premier semestre de 2022 a vu des pertes historiques sur les marchés financiers alors que la Réserve fédérale a commencé à augmenter agressivement les taux d’intérêt et à réduire son bilan dans le but de lutter contre l’inflation près d’un sommet de 40 ans. Les craintes croissantes d’une récession aux États-Unis ont conduit certains investisseurs à se préparer à de pires jours à venir, en particulier si les entreprises dont les finances sont plus fragiles et les coûts d’emprunt plus élevés finissent par être durement touchées.

Voir: Ce segment du marché des obligations d’entreprises lance un avertissement que les investisseurs ne doivent pas ignorer

Dans ce contexte, les investisseurs ont déjà retiré quelque 40 milliards de dollars de fonds qui investissent dans des obligations américaines à haut rendement cette année, soit environ 11 % des actifs sous gestion du secteur début janvier, selon les données de Goldman Sachs. Les principaux fonds négociés en bourse du secteur ont également été secoués par des rendements fortement négatifs.

Le carnage, cependant, semble attirer un type puissant d’investisseurs de niche, avec une longue histoire de dette en difficulté.

« Les CLO sont apparus comme un nouvel investisseur dans le HY au cours de l’année écoulée, attirés par des remises de prix importantes et une meilleure qualité », a écrit l’équipe de recherche sur le crédit à haut rendement d’Oleg Melentyev, dans une note de vendredi. «Nous estimons que les obligations HY ont augmenté de 2 milliards de dollars depuis le début de l’année en CLO. Fait intéressant, certains gestionnaires ont également acheté des obligations IG à des prix réduits (environ 90 pts) avec des portefeuilles CLO détenant désormais Apple AAPL,
+1,62%
et MicrosoftMSFT,
+1,07%
obligations. »

Le flot d’obligations d’entreprises fortement décotées fait partie d’une tendance que MarketWatch a suivie cette année.

La BofA a fixé les rendements totaux des obligations américaines à haut rendement à environ -13 %, avec un rythme de pertes « similaire à 2008 », lorsque le secteur a terminé l’année à -26 %.

Malgré leurs prix en difficulté, les obligations à haut rendement ont bénéficié d’une forte exposition au complexe de l’énergie et des matières premières cette année, en particulier avec les prix du pétrole américain CL00,
+2,55%

CLQ22,
+2,55%
s’établir à près de 108 dollars le baril vendredi.

Carlyle, KKR et Ares n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.