Emmanuel Macron a été critiqué mercredi par des opposants politiques et des scènes animées au Parlement après avoir lancé un avertissement délibérément provocateur aux Français non vaccinés, affirmant qu’il leur rendrait la vie aussi difficile que possible en limitant leur accès à des espaces tels que les cafés et les restaurants.

Un débat parlementaire crucial sur l’introduction d’un projet de « laissez-passer de vaccin » Covid-19 pour l’entrée dans des zones telles que les musées et les trains longue distance devait reprendre mercredi après-midi.

Le débat avait été suspendu juste avant 2 heures du matin mercredi alors que les législateurs ont exprimé leur indignation face à l’interview de Macron au journal dans laquelle il a déclaré que les 5 millions de personnes qui n’avaient pas été vaccinées contre le coronavirus étaient « irresponsables » et qu’il voulait vraiment « les mettre dans la merde ». » en rendant leur quotidien le plus compliqué possible.

Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a averti qu’il y aurait une augmentation «supersonique» des cas de Covid en France dans les prochains jours et que les infections atteignaient des niveaux stratosphériques dans la région Île-de-France autour de Paris ainsi que dans d’autres régions .

Il a déclaré que la situation dans les hôpitaux pourrait empirer dans les semaines à venir. Mercredi, la France a enregistré un nombre record de 335 000 infections au cours des dernières 24 heures.

Un site d'expérimentation sur les Champs-Élysées à Paris.
Un site d’expérimentation sur les Champs-Élysées à Paris. Photograph: Michel Euler/AP

Le gouvernement, dans un durcissement des règles actuelles, cherche à rendre obligatoire la présentation d’une preuve de vaccination contre le Covid-19 pour entrer dans les cafés, restaurants, musées, cinémas et théâtres, ou pour utiliser les trains longue distance. Des perturbations et des affrontements répétés au Parlement, ainsi que des centaines d’amendements proposés, laissent le gouvernement en difficulté pour faire adopter la loi avant la date limite du 15 janvier.

Dans une interview avec des lecteurs du journal Le Parisien publiée mercredi, Macron, le président français, a délibérément utilisé le verbe « emmerder », qui est dérivé du mot « merde » ou « merde » et est largement utilisé en France et considéré comme un argot vulgaire. . Il a dit qu’il « voulait vraiment » mettre les non vaccinés « dans la merde » en leur rendant la vie très compliquée et en « limitant autant que possible leur accès aux activités de la vie sociale ».

Macron a dit : « Nous devons dire [the unvaccinated] … vous ne pourrez plus aller au restaurant, vous ne pourrez plus aller prendre un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au cinéma . Nous continuerons à le faire, jusqu’à la fin. C’est la stratégie. Il a expliqué qu’il ne pouvait pas obliger les Français à se faire vacciner sous peine de prison ou d’amendes mais que la vie pourrait leur être rendue très difficile sans vaccin.

Guide rapide

‘Emmerder’ et traduction d’Emmanuel Macron

Montrer

Le reproche de Macron aux citoyens non vaccinés suscite la colère du Parlement | Emmanuel Macron - 2

Le choix délibéré d’Emmanuel Macron du mot français emmerder définir sa stratégie pour rendre la vie quotidienne difficile pour les personnes non vaccinées a présenté un défi de traduction en anglais et un débat sur les réseaux sociaux.

Le verbe emmerder – dérivé du mot merde, ou merde – a été critiqué par les opposants politiques de Macron comme vulgaire et inférieur à la réputation d’un président.

Il peut être traduit de plusieurs manières et donne l’impression de créer des problèmes pour quelqu’un. Macron a déclaré dans une interview à un journal qu’il « voulait vraiment » “emmerder” personnes non vaccinées en limitant l’accès à des lieux tels que des restaurants et des cafés.

Il a également été traduit par Macron voulant « faire chier » les non vaccinés, ce qui traduit certainement la vulgarité du mot. Mais Macron a défini sa stratégie comme visant non seulement à mettre en colère les personnes non vaccinées, mais en termes pratiques à rendre leur vie quotidienne difficile, suggérant un sentiment de les mettre « dans la merde ».

Il n’est pas le premier président français à susciter un débat sur la traduction des aspects informels de la langue française. Un autre exemple était celui de Nicolas Sarkozy qui marmonnait « Casse-toi pauvre con » lors d’une foire agricole (ce qui, selon le Guardian, signifiait largement « Perds-toi, connard ».)

Photographie : Ludovic Marin/AFP PISCINE

Merci pour votre avis.

Au parlement, les partis d’opposition ont critiqué le choix de langue de Macron comme inadapté à un président et inquiétant en termes de vote par la nouvelle loi.

Christian Jacob, président de l’opposition, parti de droite Les Républicains, a déclaré au Parlement : « Un président ne peut pas dire de telles choses… Je suis pour le pass vaccin mais je ne peux pas soutenir un texte dont l’objectif est de mettre les Français dans le merde. »

Damien Abad, du même parti, a fustigé ce qu’il a qualifié de propos indignes, irresponsables et prémédités qui témoignaient d’un « cynisme enfantin ».

A gauche, il y a eu indignation face à davantage de propos de Macron, quand, se référant aux personnes non vaccinées, il a déclaré que lorsque la liberté de certaines personnes menaçait celle des autres, elles devenaient irresponsables, ajoutant : « Quelqu’un d’irresponsable n’est pas un citoyen ».

Cas en France

Mathilde Panot, chef du groupe parlementaire du parti de gauche La France Insoumise, a déclaré à la Chambre : la population française dans la merde et qui a inventé [the notion of] dépouiller la nationalité française – en disant que les irresponsables ne sont plus des citoyens français.

Macron devrait se représenter aux élections présidentielles d’avril. Cependant, sa principale challenger, Valérie Pécresse, des Républicains, a déclaré à la télévision française qu’il divisait la nation en faisant paraître certains citoyens meilleurs que d’autres.

« Ce n’est pas au président de la République de distinguer les bons et les mauvais Français », a déclaré Pécresse. La France avait besoin d’un gouvernement pour « unir les gens et calmer les choses », a-t-elle ajouté.

Mais les personnalités du gouvernement et les alliés de Macron ont soutenu le choix de mots calculé du président et la stratégie visant à rendre la vie quotidienne très difficile pour les personnes non vaccinées.

Macron n’est pas étranger aux querelles sur les commentaires improvisés ou l’argot, déclarant aux intervieweurs le mois dernier qu’il regrettait certains de ses commentaires des cinq dernières années, déclarant : « J’ai appris à avoir beaucoup plus de respect pour tout le monde.

Mais la véhémence de ses commentaires sur les personnes non vaccinées et son choix délibéré d’un langage dur visaient son propre électorat, qui est presque entièrement vacciné, et c’était aussi un message pré-électoral pour répondre à l’exaspération généralisée face à la crise de Covid en France.

Des membres de l'équipe de France cycliste s'entraînent en attendant de se faire vacciner à l'intérieur du Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris.
Des membres de l’équipe de France cycliste s’entraînent en attendant de se faire vacciner à l’intérieur du Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris. Photographie : Agence Anadolu/Getty Images

Bien que la France ait historiquement eu plus de sceptiques vis-à-vis des vaccins que nombre de ses voisins, elle a l’un des taux de vaccination Covid-19 les plus élevés de l’UE. Une majorité de personnes est en faveur de la vaccination ; environ 90 % des Français âgés de 12 ans et plus sont vaccinés.

Le nombre de personnes non vaccinées dans les services critiques des hôpitaux français est supérieur à celui des personnes vaccinées, et le ministre de la Santé a déclaré que la petite minorité de personnes non vaccinées en France, soit environ 5 millions, est trop nombreuse.

Christophe Castaner, allié clé de Macron et chef de son groupe au parlement, a déclaré : « Les propos du président ont apporté de la clarté, et nous en avons besoin en ce moment difficile pour le pays. » Castaner a déclaré que le président donnait un avis que beaucoup de Français partageaient.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a déclaré au Parlement que l’ensemble de l’entretien de Macron avait pour objectif « la protection du peuple français ».

Marc Fesneau, ministre des relations parlementaires, a déclaré : « Nous avons besoin que les personnes non vaccinées entendent le message qui leur est envoyé par le gouvernement, le parlement et le président – ​​qui est un message de responsabilité. »