**Le mystère de la disparition de Shere Hite**

Le documentaire « The Disappearance of Shere Hite » raconte l’histoire d’une femme disparue, mais il ne s’agit pas d’une histoire de crime. En réalité, il s’agit de l’incroyable chercheuse américaine en sexologie, Shere Hite, et explore comment elle a disparu de la scène féministe du XXe siècle, sans être un véritable crime (bien que les crimes contre le féminisme comptent).

Le film revient sur sa montée en popularité presque instantanée grâce à la publication de son livre révolutionnaire « The Hite Report: A Nationwide Study of Female Sexuality » en 1976, basé sur une étude anonyme de 3000 femmes sur leur vie sexuelle. Le livre s’est vendu à 48 millions d’exemplaires et a révélé une donnée choquante pour l’époque : 70 % des femmes n’atteignaient pas l’orgasme par la pénétration.

En retraçant son parcours de mannequin à étudiante en sexologie et au mouvement féministe de New York, le documentaire offre un aperçu de l’énergie et de l’esprit révolutionnaire du mouvement féministe des années 70. Des entretiens avec des activistes, des universitaires et des psychologues qui ont connu Hite, ainsi qu’avec la chercheuse elle-même, font la lumière sur sa brillante intellectuelle et sa lutte contre les préjugés.

Le documentaire met également en lumière les réactions que le livre de Hite a suscitées, autant chez les femmes qui se sentaient libérées de culpabilité que chez les hommes menacés par sa remise en cause du rôle masculin dans le plaisir féminin.

Cependant, malgré son succès, Hite a été l’objet de critiques et sa méthodologie a été discréditée, principalement dans les années 80 avec de montée de la droite religieuse. Cela a conduit Hite à s’exiler en Europe, où elle a finalement passé le reste de sa vie, jusqu’à son décès en 2020.

Ce documentaire fascinant, qui sortira le 12 janvier dans les cinémas britanniques, met en lumière l’histoire d’une femme fascinante et est magnifiquement réalisé. Il ne fait aucun doute que l’histoire de Shere Hite mérite d’être portée à la connaissance d’une nouvelle génération de féministes et qu’un biopic sur sa vie serait également le bienvenu.