Le biopic de Bob Marley, intitulé « One Love », raconte la vie du légendaire chanteur de reggae avec toutes les autorisations nécessaires et une collaboration étroite de sa famille. Cependant, le film tombe dans une certaine uniformité pieuse qui le rend plat et sanctifié, lui enlevant une partie de sa vitalité.

Le film met en scène les moments marquants de la carrière de Marley, notamment sa concert gratuit pour la paix et l’unité en Jamaïque en 1978, mais échoue à capturer le dynamisme et la complexité de la vie du musicien légendaire.

Le rôle principal est tenu par Kingsley Ben-Adir, mais il n’est pas parfaitement dirigé ni bien casté pour représenter Marley. Certaines scènes clés de sa vie, comme une tentative de meurtre à son domicile, manquent de punch et laissent présager un pardon inconditionnel de la part de Marley à son agresseur, réduisant l’intensité dramatique de l’histoire.

Le film montre également Marley de retour en Grande-Bretagne, mais pas sans souligner le racisme dont il est victime et les tensions avec les punks à l’époque. C’est aussi à cette époque qu’il enregistre son album Exodus et joue un concert emblématique au théâtre Rainbow à Finsbury Park à Londres.

Malgré quelques apparitions dignes de Lashana Lynch dans le rôle de Rita Marley, le film évite habilement les aspects controversés de la vie de Bob Marley comme ses infidélités et sa paternité illégitime, ainsi que son désaccord avec l’homophobie généralisée en Jamaïque.

En fin de compte, « One Love » est un film qui donne l’impression d’être un portrait stéréotypé de la vie de Bob Marley, manquant de l’effervescence et de l’enthousiasme qui caractérisent la véritable légende de la musique qu’il était.

Le film « One Love » de Bob Marley est sorti le 14 février en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis.